Santé : qu’est-ce que le "tako-tsubo" ou syndrome du "cœur brisé" ?

écouter (2min)

Une semaine après le début du procès de l’accident de car de Millas. La conductrice est aujourd’hui en soins intensifs après avoir craqué, jeudi 22 septembre, en pleine audience. Elle aurait été victime, selon son avocat, du syndrome du "cœur brisé".

Article rédigé par
Boris Hallier - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un stéthoscope qui entoure un coeur en plastique. (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Le syndrome du "cœur brisé", c’est un peu comme un infarctus mais provoqué par un stress intense, un trop plein d’émotions qui entraine une paralysie du cœur. Le muscle cardiaque n’assure plus son rôle de pompe, ce qui cause évidemment de graves complications. Les premiers chercheurs à avoir décrit ce syndrome sont japonais, dans les années 1990. Ils lui ont donné un nom:  le tako-tsubo, piège à poulpe en japonais. C’est en fait une référence à la forme que prend le ventricule gauche du cœur lorsque la crise se déclenche.  Aujourd’hui, on parle de syndrome du "cœur brisé" ou de cardio-myopathie de stress.
 
Les principales victimes de ce syndrome sont des femmes de plus de 50 ans  : elles représentent plus de 80% des cas. Cela reste une pathologie rare mais pas exceptionnelle : 1 500 personnes seraient touchées chaque année en France.
D’après une étude américaine, la pandémie de Covid aurait multiplié par quatre le nombre de cas en raison du stress psychologique et économique liés aux confinements. 

Concrètement, les symptômes sont les mêmes que ceux d’un infarctus : une douleur thoracique intense, une envie de vomir, des douleurs dans les bras, la mâchoire, des sensations de palpitations et une grosse fatigue.  Cela peut être progressif et il faut donc dans ce cas évidemment aller consulter. 

Un syndrome qui laisse des séquelles

Le syndrome du "cœur brisé" n’est pas irréversible dans la grande majorité des cas. Les patients s’en sortent, s’ils sont pris en charge à temps. Le cœur reprend sa forme initiale en quelques semaines après un suivi médical et une rééducation. Mais pour le moment, Il n’existe pas de traitement spécifique et les séquelles peuvent être lourdes, le muscle cardiaque peut être endommagé.

C’est pourquoi des scientifiques écossais viennent de lancer une campagne d’essai clinique.  Pendant trois ans, ils vont suivre une centaine de patients touchés par ce syndrome. Avec un objectif : mettre au point une thérapie standardisée pour aider les médecins à soigner les patients atteint par ce syndrome du "cœur brisé". 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.