Le billet vert, France info

Le billet vert. Le plan pour la rénovation énergétique : priorité aux écoles

Les batiments scolaires représentent un tiers des dépenses énergétiques des communes en France.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une école primaire de Strasbourg (Bas-Rhin). Photo d\'illustration.
Une école primaire de Strasbourg (Bas-Rhin). Photo d'illustration. (FREDERICK FLORIN / AFP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les écoles en France vont-elles changer de  visage ? Emmanuel Marcron a annoncé un "grand programme de rénovation" des Ehpad et des écoles, mardi 14 juillet. C’est un important chantier qui a déjà été amorcé. Mais la rénovation en France a du mal à produire des effets.

Pourquoi le président de la République a ciblé les écoles ? Il suffit de remonter un an en arrière. Juin 2019 : des écoles sont fermées à cause de la canicule et le brevet des collèges est reporté. Cela témoigne du mauvais état des bâtiments scolaires en France. À eux seuls, ils représentent un tiers des dépenses en énergie des communes. Sachant que plus globalement les bâtiments publics sont des passoires énergétiques.

Un plan aux contours encore flous

C’est donc un gros chantier de modernisation de rénovation thermique. Les écoles, les collèges et les lycées représentent la moitié des bâtiments gérés par les collectivités locales. C’est aussi une façon de prendre en compte les publics fragiles. Et d’associer prévention et environnement.

Les contours du plan sont encore mal connus. Ce week-end, la ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, a évoqué une enveloppe de 4 à 5 milliards pour le bâtiment et la rénovation. Mais on n’a pas de détail. On ne sait même pas si le Président inclut réellement les collèges et lycées dans la définition des écoles. Ce qu’on sait, c’est qu’un premier plan a été lancé il n’y a pas si longtemps. En 2018, 3 milliards d’euros ont été mobilisés par l’État et la Caisse des dépôts. Le plan concernait notamment les écoles, avec un nouvel effort annoncé l’an passé par le Premier ministre sur les bâtiments scolaires pour un montant d’un milliard d’euro.

La rénovation énergétique ne fonctionne pas bien en France. Il n’existe même pas aujourd’hui de véritable bilan. Les montants investis sont pourtant gigantesques : environ 4 milliards par an de manière globale. L’objectif est ambitieux : 500 000 rénovations annuelles. C’est un passage obligé pour tenter d’atteindre la neutralité carbone. Mais on est sans doute largement sous la barre des 300 000. L’argent n’est pas le problème principal d’après la Caisse des dépôts. Il faut une démarche globale et lisible si on veut entrer véritablement dans l’âge de la rénovation de masse.

Une école primaire de Strasbourg (Bas-Rhin). Photo d\'illustration.
Une école primaire de Strasbourg (Bas-Rhin). Photo d'illustration. (FREDERICK FLORIN / AFP)