Feux de forêt : à quoi faut-il s'attendre dans les années à venir ?

Près d'un millier d'hectares de végétation ont été détruits par le feu dans les Pyrénées-Orientales. La France n'avait pas recensé d'incendie aussi précoce depuis au moins 20 ans. Faut-il s'attendre à voir de plus en plus de surfaces brûlées dans les années qui viennent ?
Article rédigé par Anne Le Gall
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des pompiers interviennent sur le feu de forêt  à Cerbère (Pyrénées-Orientales), le 17 avril 2023. (RAYMOND ROIG / AFP)

Le réchauffement climatique entraîne un risque accru d'incendies, mais depuis les années 70, les surfaces brûlées ont diminué en France, c'est aussi le cas en Espagne notamment parce que les pompiers attaquent beaucoup plus vite tout départ de feu rappelle l'institut de recherche sur l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae). Ceci étant dit, la situation n'est pas la même partout : depuis 40 ans, les incendies ravagent davantage de surface au Portugal, aux États-Unis ou en Australie par exemple.

>> Pyrénées-Orientales : la surface brûlée par l'incendie est la plus importante jamais enregistrée dans la région au printemps

Le réchauffement climatique augmente le risque d'incendie de deux façons différentes. D'abord, la saison à risque dure plus longtemps et ne se limite plus à l'été : c'est ce qu'on observe malheureusement avec cet incendie particulièrement précoce dans les Pyrénées-Orientales. Et c'est ce qu'on observe aussi par exemple avec des "méga-feux" en novembre ou décembre en Californie.

Plusieurs facteurs à prendre en compte

Ensuite, la hausse des températures et la baisse des précipitations favorisent aussi le risque d'incendie sur des régions plus vastes, car le contenu en eau des feuilles des arbres est un facteur clé dans la propagation des feux.

Dans ce contexte, on peut réduire les risques d'incendie d'abord par des comportements prudents, car 92% des départs de feux sont d'origine humaine et le risque de départ de feu accidentel est d'autant plus grand qu'il y a une progression des habitats à la limite de zones forestières ou boisées. Par ailleurs, le type de végétations influence aussi la propagation des feux.

Les résineux propagent plus facilement les flammes que les feuillus, les eucalyptus sont aussi très vulnérables au feu (et c'est d'ailleurs un problème au Portugal). À l'opposé, des parcelles cultivées ou d'élevage peuvent créer des zones coupe-feu, car il y a moins de combustible à brûler, et cela peut bloquer la progression des incendies. La prévention passe donc aussi par l'aménagement du territoire.

Consultez lamétéo
avec
voir les prévisions

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.