Cet article date de plus d'un an.

Endométriose : une infection bactérienne à l'origine de la maladie ?

Une étude japonaise suscite de nouveaux espoirs dans la lutte contre cette maladie gynécologique chronique qui touche une femme sur dix.
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une femme souffrant d'endométriose. (ANNETTE RIEDL / DPA via MAXPPP)

Les chercheurs ont prélevé et analysé les bactéries présentent dans leur environnement gastro-intestinale et vaginale et ils ont constaté que des bactéries – les Fusobacterium – proliféraient chez 64% des femmes atteintes d'endométriose, contre 7% seulement chez les femmes non porteuses de la maladie. C'est le résultat d'une étude menée sur 155 femmmes.

>> Endométriose : enquête sur ces thérapeutes "alternatifs" qui exploitent la souffrance des femmes

Pour vérifier que cette bactérie pouvait avoir un lien avec l'endométriose, les scientifiques ont même réalisé des tests sur des souris. Ils leur ont transplanté de l'endomètre contaminé par ces bactéries et en quelques semaines, les souris se sont mises à souffrir de lésions typiques de l’endométriose.

D'ailleurs, dans la dernière phase de leurs travaux, les chercheurs sont même allés encore plus loin, et c'est peut être là dessus qu'ils suscitent un véritable espoir, Ils ont traité les souris avec des antibiotiques administrés par voie vaginale et au bout de 21 jours de traitement, il s'est avéré que les symptomes avaient diminué.

Des antibiotiques ?

On peut imaginer que demain il est possible que l'on traite l'endométriose à l'aide d'antibiotiques. En fait, c'est là toute la limite de cette étude même si les pistes sont intéressantes que les données sont plutôt solides.Il n'y a pas eu encore d'essai clinique sur des femmes permettant de valider ces résultats..
et rien ne permet de dire que la bactérie était là avant l'endométriose. Ce qui ressemble à une cause, peut tout aussi bien être une conséquence. D'ailleurs on voit bien que toutes les femmes malades ne possèdent pas cette bactérie.

La question est donc plutôt : est-ce que demain on pourra traiter une partie des femmes atteinte d'endométriose à l'aide d'antibiotiques ? Là encore, une inconnue demeure. on ne sait pas si ça fonctionne dans la durée ni quelle dose il faudra administrer, ni même s'il existe un risque que cette bactérie réapparaissent voir devienne resistante aux antibiotiques. En bref, on est encore loin de la guerison, mais ça avance.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.