Le billet sciences, France info

De nouveaux tests du Covid-19 bientôt disponibles

De nouvelles techniques de test du Covid-19 devraient être proposées dans les prochaines semaines, avec des résultats connus bien plus rapidement.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Recherche du virus Covid-19 dans un laboratoire à Montpellier, le 13 octobre 2020.
Recherche du virus Covid-19 dans un laboratoire à Montpellier, le 13 octobre 2020. (PASCAL GUYOT / AFP)

De nouvelles mesures dans la lutte contre l’épidémie de Covid-19 ont été annoncées le 14 octobre par Emmanuel Macron. En plus d’un couvre-feu dans huit grandes agglomérations, le chef de l’État promet dans les prochaines semaines de nouvelles techniques de tests. 

D’abord il y a les fameux tests antigéniques qu’Olivier Véran a promis pour ce mois-ci. Des tests qui cherchent, dans le prélèvement fait dans le nez, la protéine présente à la surface du virus, et pas son code génétique comme dans les tests PCR. Les résultats arrivent beaucoup plus vite, environ 15 minutes contre plusieurs heures. Ces tests sont déjà utilisés dans les hôpitaux à Paris, Lyon, Toulouse. Il doivent se développer dans les aéroports, et même les pharmacies d’ici quelques semaines. La Haute Autorité de Santé a donné son feu vert pour leur déploiement et leur remboursement pour les patients qui ont des symptômes. 

Les tests groupés et autotests font débat

Emmanuel Macron a aussi évoqué les tests "poolés", ou groupés. L’idée est simple : regrouper les échantillons de plusieurs patients pour aller plus vite dans l’analyse et utiliser moins de produits réactifs. Par exemple, si une entreprise teste ses 100 salariés, leurs échantillons seront mis dans une machine qui les divisera en 5 groupes de 20. Elle les analysera alors groupe par groupe et non un par un. Elle peut donc éliminer plus rapidement tout un groupe négatif. Si elle trouve un résultat positif pour un groupe, il faut alors refaire l’analyse pour trouver lequel ou lesquels parmi les 20 salariés testés est porteur du virus. Mais cette technique fait débat : pour certains scientifiques, le virus peut être dilué et passé sous les radars de l’analyse. Le Haut Conseil de Santé Publique, dans un avis du mois mai, ne recommande pas son utilisation. Pourtant de nombreux pays y ont recours : la Chine, l’Inde ou les États Unis.

Depuis le début le mois de juillet des autotests existent également dans certaines pharmacies. Il s’agit de prélever une goutte de sang pour faire une analyse rapide en 15 minutes et voir si vous avez été en contact avec le virus et si vous avez développé des anticorps. Mais ces tests ne vous disent pas si vous avez le virus au moment où vous le faites. Il faut être au moins 5 jours après l’infection pour repérer la réaction immunitaire. En plus, ils sont moins fins que les tests sérologiques faits en laboratoire. La Belgique a autorisé ces auto tests à domicile, mais en France ce sont les pharmaciens qui peuvent le faire pour éviter les erreurs d’interprétation des patients.  

Recherche du virus Covid-19 dans un laboratoire à Montpellier, le 13 octobre 2020.
Recherche du virus Covid-19 dans un laboratoire à Montpellier, le 13 octobre 2020. (PASCAL GUYOT / AFP)