Le billet vert, France info

Comment décharger la plaine de déchets de Carrières sous Poissy?

La secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, Brune Poirson, se rend à Carrières-sous-Poissy, lundi, pour encourager le nettoyage du site et expliquer comment elle compte éviter que ce genre de situation se reproduise.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La décharge de Carrières-sous-Poissy (Yvelines), en septembre 2019.
La décharge de Carrières-sous-Poissy (Yvelines), en septembre 2019. (ALEXANDRE BERTHAUD / FRANCE BLEU / RADIO FRANCE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

La décharge sauvage de Carrières-sous-Poissy (Yvelines) ressemble à une immense marée de déchets. Il y a sur place près 8 000 tonnes de déchets abandonnés dans une ancienne plaine maraîchère : des gravats, des barres de fer, des plaques de placo, d'amiante... Un inventaire fait l'an dernier estime à 35 000 m3 de déchets, principalement du bâtiment. Or c'est la seule filière à qui l'on n'applique pas le principe pollueur-payeur.

Un éco organisme pour le BTP

Brune Poirson, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, vient lundi 4 novembre sur place pour expliquer l'une des mesures de sa loi contre le gaspillage, celle qui veut créer un éco organisme pour le BTP. Un éco organisme, c'est par exemple Citéo pour nos emballages. Le petit point vert avec une flèche sur les paquets et les emballages veut dire que vous payez une éco contribution. Cet argent sert à financer, l'éco organisme Citéo qui doit organiser la collecte, le recyclage et même l'éco conception de nos emballages. Il s'agit de faire la même chose avec le bâtiment : on achète un pot de peinture ou des plaques de placo, il y aura une contribution de quelques centimes d'euros par produit pour financer cette nouvelle filière.

Evidemment, les plus touchés seront les artisans. En contrepartie, la loi prévoit de leur rendre l'accès aux déchetteries gratuites et d'étendre les horaires d'ouverture. Mais là, ce sont les collectivités qui gèrent ces déchetteries qui se demandent comment elles vont faire. D'autant que la collecte des déchets du bâtiment a augmenté de 2% l'an dernier, selon les derniers chiffres de Federec. Mais l'idée est de ne plus retrouver les gravats du chantier de son appartement dans la nature.

Gérer l'existant

Cet éco organisme dédié aux déchets du bâtiment aura aussi pour mission de gérer l'existant et contribuer à enlever les déchets abandonnés n'importe où. Cela coûte aux collectivités entre 340 et 420 millions d'euros par an. Même s'il n'y a pas que des déchets du bâtiment, ce sont aujourd'hui ceux qui génèrent les plus gros volumes. Mais ce sera en 2021, et encore : si la loi votée !

Pas question d'attendre aussi longtemps pour les associations de riverains et environnementales de Carrières-sous-Poissy qui ont sonné l'alerte il y a déja deux ans. En plus, l'Etat a donné une enveloppe exceptionnelle de 800 000 euros. Certains de leurs représentants viendront justement demander ce matin à Brune Poirson et aux élus locaux quand commencera le nettoyage de la plaine et quand peuvent-ils espérer qu'il soit fini. Histoire de ne pas rester encore deux ans à nager dans une mer de déchets.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

La décharge de Carrières-sous-Poissy (Yvelines), en septembre 2019.
La décharge de Carrières-sous-Poissy (Yvelines), en septembre 2019. (ALEXANDRE BERTHAUD / FRANCE BLEU / RADIO FRANCE)