Le billet sciences du week-end. Le robot Perseverance a recueilli son premier échantillon de poudre de roche martienne

écouter (3min)

Le robot Perseverance qui a atterri sur Mars le 18 février 2021 a recueilli son premier échantillon de roche de la planète rouge.

Article rédigé par
Mathilde Fontez - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
10 septembre 2021 : la NASA  a annoncé que le rover Perseverance avait collecté un échantillon de terre martienne et l'image montre deux trous dans la roche volcanique surnommée "Rochette".  (HANDOUT / AFP)

Nous allons sur Mars aujourd’hui, car ça y est, le rover Perseverance a enfin recueilli son premier échantillon. La tension était grande à la Nasa. Car le premier essai avait échoué début août : le rover qui explore la planète Mars avait réussi à forer la surface de la planète, comme prévu, mais l’échantillon était vide… Il semble que la poussière martienne soit retombée dans le trou. Perseverance a atterri sur Mars le 18 février 2021.

Le deuxième essai aura été le bon

Perseverance a retenté sa chance le 1er septembre : il a creusé un trou de la taille d’un crayon dans la roche, et quatre jours après, les contrôleurs de la mission ont pu confirmer – ils ont attendu que le Soleil éclaire le tube pile par le dessus pour prendre des photos. Tout s’est passé comme prévu : l’échantillon qui porte le numéro de série 266 est bien rempli de quelques grammes de poudre de roche. La carotte est maintenant enfermée hermétiquement dans un tube en titane. Elle est stockée à l’intérieur du rover.

Image de la NASA du 19 février 2021 montrant l'une des roues du rover Perseverance à la surface de Mars, après l'atterrissage sur la planète, le 18 février 2021. (Illustration) (HANDOUT / NASA/JPL-CALTECH / AFP)

Perseverance va faire d’autres prélèvements 

Le robot va continuer son exploration, et prélever jusqu’à 41 autres échantillons de roche martienne. Il a 43 tubes. 2 ont donc déjà été utilisés. La suite du périple est déjà prévue, il va se rendre dans une zone que l’on appelle le delta : les spécialistes pensent que c’est un vestige de l’endroit où une ancienne rivière a coulé sur Mars. C’est donc une région riche en argiles. Et sur Terre, les argiles préservent les signes fossilisés d’une vie microscopique. 

L’objectif est toujours de chercher des traces d’une vie potentielle sur Mars

Des traces d’une vie qui aurait pu s’épanouir quand Mars était habitable, oui. Les précédentes missions ont permis d’établir que de l’eau a coulé sur Mars massivement dans le passé, il y a 3,5 milliards d’années. Or l’eau liquide est considérée comme le matériau de base qui permet à des molécules chimiques d’évoluer en organismes vivants.

Le cratère Jezero, où Perseverance a atterri a été choisi pour ça. Il aurait abrité un lac. On attend donc beaucoup de l’analyse de ces échantillons. D’autant qu’ils seront analysés sur Terre ! Cela n’a jamais été fait : les seuls morceaux de roche extraterrestres qui ont déjà été ramenés sur notre planète sont ceux de la Lune, évidemment, lors des missions Apollo. Et quelques poussières d’astéroïdes ou de comètes.

Perseverance est un éclaireur, une première étape. Une fois qu’il aura collecté tous ses échantillons, il va les déposer sur le sol martien. Et ils seront récupérés par un autre rover, conçu par la Nasa et l’Esa, l’agence spatiale européenne. Ce sera seulement en 2028 que débuteront ces opérations. Aujourd’hui, c’est donc le début de la plus ambitieuse des missions martiennes.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Le billet sciences week-end

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.