Cet article date de plus de sept ans.

Bygmalion : dans une campagne électorale, le responsable "c’est le candidat" (Mariton)

écouter (5min)
Hervé Mariton, le député de la Drôme et candidat à la présidence de l’UMP, a estimé sur France Info ce jeudi que Jérôme Lavrilleux n'est pas le seul responsable du scandale. Dans une campagne électorale, "il y a un responsable, c’est le candidat".
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Hervé Mariton, était l’invité de France Info ce jeudi. Devanrt Jean Leymarie, le député de la Drôme et candidat à la présidence de l’UMP a commenté l'affaire Bygmalion qui tourmentent son parti. Après la garde à vue de Jérôme Lavrilleux où l'ex-directeur de campagne de Nicolas Sarkozy a laissé entendre qu'il comptait assumer ses responsabilités, Hervé Mariton estime que les "fautes avouées sont graves ", et qu'il "devrait rendre son mandat de député européen ". Jérôme Lavrilleux devrait également "s'abstenir de participer aux travaux " de l'UMP.

"Si il est responsable, il n'est pas le seul" (Hervé Mariton au sujet de Jérôme Lavrilleux)

Concernant les responsabilités de l'affaire, Hervé Mariton affirme que Jérôme Lavrilleux n'a pas agi seul. "S'il est responsable, il n'est pas le seul ", c'est un "exécutant ". Le député avoue qu'il ne sait pas si l'argent a servi à financer la campagne de Nicolas Sarkozy mais il confie avec fermeté : "Dans une campagne électorale, il y a un responsable, c’est le candidat ".

Réforme ferroviaire : "Manuel Valls a cédé"

Sur la réforme ferroviaire, Hervé Mariton admet qu'avant que les débats ne commencent devant l'Assemblée nationale, "elle n'était pas si catastrophique ". Ce n'était pas celle qu'il voulait mais il ne comptait pas faire durer les débats. Il revient sur cet avis ce jeudi et confie que la réforme s'est "dégradée ", car Manuel Valls a "cédé " sous la pression des grévistes qui entament leur 9ème jour de mouvement. "Manuel Valls a fait semblant et a fait de la com' pour dire qu'il a tenu bon, mais il a complètement cédé avec l'employeur unique ". 

Le député explique qu'à cause de cet amendement, "toute l'ingénierie de RFF (Réseau ferré de France) qui n'était pas sous le statut et qui pouvait être un pôle à partir duquel d'avantages de libertés et d'efficacité pouvaient être développées, c'est perdu ". Hervé Mariton ajoute : "Manuel Valls a fait une reculade en rase campagne ". Il votera donc contre la réforme.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.