L'interview éco, France info

Protection des données : "Nous serons prêts et nous respecterons dès demain matin le règlement", assure le patron de Facebook France

Laurent Solly, directeur général de Facebook pour la France et pour l’Europe du Sud, était l'invité de franceinfo jeudi 24 mai, depuis le salon VivaTech à Paris. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Laurent Solly, directeur général de Facebook pour la France et pour l’Europe du Sud, invité de Jean Leymarie sur franceinfo, le 24 mai au salon VivaTech à Paris.
Laurent Solly, directeur général de Facebook pour la France et pour l’Europe du Sud, invité de Jean Leymarie sur franceinfo, le 24 mai au salon VivaTech à Paris. (FRANCEINFO)

A la veille de l’entrée en vigueur, vendredi 25 mai, du règlement européen sur la protection des données (RGPD), Laurent Solly, directeur général de Facebook pour la France et pour l’Europe du Sud, assure à France info que le réseau social aux 2,2 milliards d’utilisateurs dans le monde, dont 34 millions en France, sera prêt. Il lance par ailleurs un appel à tous les utilisateurs afin qu’ils utilisent les paramètres de confidentialité. Laurent Solly que franceinfo a rencontré au salon VivaTech qui se tient jusqu’à samedi à Paris.

Que vient chercher Facebook au salon VivaTech qui se tient actuellement à Paris ?

Nous venons d’abord présenter les plateformes de Facebook et en général on essaie de montrer nos innovations et aussi le rôle que l’on a dans l’écosystème français. C’est très important pour nous. Facebook est encore une start-up dans l’âme, elle a gardé cet ADN-là. Parce que c’est une entreprise qui est encore jeune et dans sa culture, et parce que son patron est aussi très jeune, elle a gardé cette âme-là. Et donc le lien entre Facebook en France et les start-up française, l’écosystème digital français, a toujours été très fort. C’est donc très légitiment qu’on est ici à VivaTech. On y est depuis le début.

L’objectif est-il aussi pour vous de repérer les stat-up françaises, prochaines cibles de Facebook, celles dans lesquelles vous allez investir, celles que vous allez acheter ?

C’est plutôt l’inverse qu’on essaie de faire. C’est en France qu’on a installé le premier incubateur de star-up, physique, dans notre pays, à Station F. On a incubé 12 start-up, la deuxième promotion est en train d’arriver, c’est notre rôle. Pas pour les racheter, mais au contraire pour les faire grandir. Le travail de Facebook en Europe et en France, c’est aussi de trouver les pépites françaises pour en faire de grands succès. On a été partenaire depuis le début de Deezer, de BlaBlaCar,... Notre volonté c’est de créer les conditions d’un succès pas seulement français, mais le plus grand possible et si possible international.

Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, est à Paris. Emmanuel Macron l’a reçu hier. Facebook en profite pour annoncer de nouveaux investissements en France. Vous allez notamment continuer à soutenir la recherche. Quel est l’intérêt pour Facebook ?

C’est en France que nous avons installé notre laboratoire d’intelligence artificielle il y a maintenant plus de trois ans. Mark Zuckerberg est venu en France - c’est son premier voyage depuis dix ans – rencontrer le président et aussi célébrer cet investissement dans l’intelligence artificielle. Et il en a profité hier (mercredi) pour renforcer encore nos investissements. C’est de la recherche fondamentale, extrêmement liée à tout l’écosystème de la recherche publique française.

Est-ce que la fiscalité était au menu des discussions entre Mark Zuckerberg et le chef de l’Etat français ? Facebook s’est engagé a payé d’avantage d’impôt, notamment en France, à faire moins d’optimisation fiscale. Combien d’impôt allez-vous payer cette année dans notre pays ?

Il faudra voir les revenus qu’on va déclarer en 2018 et donc vous le saurez en 2019. Ce que Marc Zuckerberg a rappelé au président, ce sont les décisions qui avaient été prises par Facebook à la fin de l’année 2017. Nous avons changé le modèle fiscal en 2018, en France et dans les 30  principaux pays. Le terme technique est celui de "local resaler", c’est-à-dire que nous allons déclarer, et nous déclarons en 2018, les revenus payés par les annonceurs en France qui sont accompagnés par les équipes françaises de Facebook situées à paris. C’est un changement très important. Et Mark Zuckerberg a rappelé cet engagement que nous sommes en train de mettre en œuvre en Europe.

Le "Règlement général sur la protection des données" (RGPD) entre en vigueur vendredi 25 mai en Europe Que va-t-il changer pour les utilisateurs de Facebook ?  

Depuis de nombreuses semaines et de nombreux mois, nous travaillons à la mise en œuvre de ce règlement. Tous les utilisateurs de Facebook ont reçu sur leur fil d’actualité la mise à jour de leurs conditions d’utilisation et ils doivent la faire avant le 25 mai pour continuer à utiliser Facebook. Et nous sommes allés beaucoup plus loin. Nous avons simplifié et unifié les outils qui vous permettent de gérer les paramètres de confidentialité : comment sécuriser votre compte, comment savoir quelle information j’ai postée sur Facebook depuis de nombreuses années et comment je peux éventuellement les effacer, comment gérer mes préférences publicitaires, etc.

Est-il vraiment possible d’effacer toutes les traces de soi sur Facebook, sans que ce soit trop compliqué  ?

Absolument. L’objectif c’est que ça soit simple. J pourrais vous en faire la démonstration en quelques clics. Sur votre Smartphone, en moins de trois clics, vous accédez aux raccourcis de confidentialité. Et dans vos raccourcis, vous avez un espace qui est la connaissance de votre historique de données : les données que vous avez postées, celles que vous voulez garder, celles que vous voulez effacer. Et si vous les souhaitez, vous pouvez même désactiver ou supprimer votre compte. Nous serons prêts et nous respecterons dès demain matin (25 mai) le Règlement général sur la protection des données en Europe.

Combien d’utilisateurs ont-ils été touchés en France par le scandale de la firme britannique Cambridge Analytica ? 

Un peu plus de 2 millions en Europe et un peu moins de 300 000 en France. Chacun des utilisateurs, dans le monde entier, a été informé.

Et combien d’utilisateurs vous ont quitté depuis ? 

Les chiffres que nous avons présentés à la fin du premier trimestre ont montré que les chiffres d’utilisateurs actifs étaient toujours en hausse à la fin du premier trimestre. Aujourd’hui, il y a 2,2 milliards d’utilisateurs actifs de Facebook chaque mois dans le monde et dans notre pays c’est 34 millions. Une des demandes que nous faisons aux utilisateurs sur votre antenne ce soir c’est d’utiliser les paramètres de confidentialité. Allez dans Facebook, regardez vos raccourcis de confidentialité, utilisez-les et vous allez voir que les termes contrôle, transparence, responsabilité, qui sont parfois de grands concepts réglementaires, ont une traduction concrète dans votre vie quotidienne sur Facebook.

Laurent Solly, directeur général de Facebook pour la France et pour l’Europe du Sud, invité de Jean Leymarie sur franceinfo, le 24 mai au salon VivaTech à Paris.
Laurent Solly, directeur général de Facebook pour la France et pour l’Europe du Sud, invité de Jean Leymarie sur franceinfo, le 24 mai au salon VivaTech à Paris. (FRANCEINFO)