L'interview J-1, France info

"Laurent Wauquiez est d’une confondante naïveté", estime le vice-président du FN, Nicolas Bay

Nicolas Bay était l'invité de "L'Interview J-1", mardi, sur franceinfo, en pleine polémique autour des propos du patron du parti Les Républicains, Laurent Wauquiez.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national.
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)

Laurent Wauquiez s'est exprimé pour la première fois, mardi 20 février, sur BFMTV, après la polémique provoquée par la diffusion d'un enregistrement réalisé à son insu lors d'un de ses cours à l'EM Lyon la semaine précédente. Le président du parti Les Républicains a  dénoncé "des méthodes de voyou" et annoncé son intention de "porter plainte" contre l'émission Quotidien, sur TMC. Invité de L'Interview J-1 mardi 20 février sur franceinfo, Nicolas Bay, eurodéputé et vice-président du Front national, est revenu sur ces premières déclarations de Laurent Wauquiez.

franceinfo : Laurent Wauquiez assume ses propos, sauf un passage concernant Nicolas Sarkozy, et ne compte pas présenter ses excuses aux Français. Quel est votre sentiment ? 

Nicolas Bay : Laurent Wauquiez est d’une confondante naïveté pour quelqu’un qui a des responsabilités importantes depuis des années. S'il s’imagine, un seul instant, qu'il peut s’exprimer de manière totalement libre sans le moindre contrôle, sans la moindre retenue, devant un parterre d’étudiants, en espérant que rien ne filtre, il se berce d’illusions. Cette attitude interroge. Sur le principe, évidemment que c'est scandaleux cet enregistrement clandestin sauvage. Ce sont évidemment des méthodes qui, en tant que telles, sont condamnables, mais malheureusement pour Laurent Wauquiez, elles révèlent ce qu’il est. Elle révèle le cynisme et l’insincérité dont il est déjà largement soupçonné par beaucoup de nos compatriotes. Quand il explique, avec une forme de mépris, qu'il va sur les plateaux de télévision pour y dire des "bullshits", dit-il, c'est-à-dire qu'il est en train d’expliquer finalement qu’il raconte n’importe quoi sur les plateaux de télévision et qu'il prend donc les téléspectateurs pour des imbéciles et les journalistes aussi accessoirement, ça montre une forme de mépris assez incroyable.

Nicolas Bay, secrétaire général du Front national.
Nicolas Bay, secrétaire général du Front national. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / RADIO FRANCE)