Cet article date de plus de neuf ans.

Sénat : le ras le bol des socialistes

écouter
Les communistes ont bloqué ce jeudi soir pour la 5e fois le vote d'un texte important au Sénat. Parfois ils s'abstiennent, parfois ils votent contre comme l'UMP.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Mercredi
ils ont empêché le vote du premier budget du quinquennat. Ce jeudi soir, ils
ont fait échouer l'adoption du budget de la sécurité sociale pour 2013. Et la
ministre de la santé Marisol Touraine en a assez, comme beaucoup de ses camarades
socialistes d'ailleurs. Elle l'a dit tout à l'heure sur France Info : "Il
y a une majorité incertaine au Sénat et je le regrette. Le risque étant que
nous ne nous préoccupions plus autant des positions du Front de gauche dans
l'élaboration des projets parlementaires..."

Le patron
du Parti communiste assume parfaitement les prises de positions des sénateurs
communistes. Pierre Laurent renvoie les socialistes à leurs incohérences, il
était sur RTL ce matin : "Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement ne veut
pas reprendre des amendements qui ont été voté par la majorité sénatoriale de
gauche. Il manque peut-être de courage..."

 Et pour
tenter d'amadouer les communistes, Harlem Désir est prié de jouer les casques
bleus. Le patron du Parti socialiste devrait créer un comité de liaison de la
gauche. De leurs côtés, les ministres socialistes sont encouragés à dialoguer
avec les communistes qu'ils connaissent. Et puis le président des députés PS
promet que le projet de loi de finance pour 2014 sera discuté bien en amont...
pour éviter les couacs.

L'autre sujet politique du jour, c'est encore le blocage à l'UMP

Avec
l'intervention des "casques bleus". Et cette déclaration étonnante ce matin sur Radio Classique de l'ancien
ministre Alain Joyandet. Il est pro-Fillon, et pourtant, il
propose ce matin de garder à la tête de l'UMP Jean-François Copé, même s'il a été "mal élu ", et  de revoter dans un an. "Il faut être un tout petit peu réaliste " dit Alain Joyande, "il faut que tout cela cesse ."

Rachida Dati veut elle
aussi en finir. L'ancienne garde des Sceaux     est farouchement opposée à François
Fillon. Elle met donc encore une fois
tous les torts de son côté. C'est à cause de son groupe dissident à
l'assemblée, que Jean-François Copé a stoppé le processus du référendum. Voilà  la version de
Rachida Dati qui était ce matin sur BFM-TV.

Et dans les
coulisses, Nicolas Sarkozy est toujours à la manœuvre. il a déjeuné avec Jean-François Copé jeudi. L'ancien président de
la République voudrait que le référendum soit lancé et il plaide aussi pour
que la commuission des sages se mette en place et arbitre le conflit. Les
fillonistes sont plutôt pour. Reste à convaincre Jean-François Copé.

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.