Cet article date de plus de huit ans.

Rythmes scolaires : de la difficulté de réformer

écouter
C'est la première grève de Vincent Peillon, le ministre de l'Education nationale à du mal à imposer sa réforme sur les rythmes scolaires.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Et ce sont
les instituteurs parisiens qui sont aux avant postes de la contestation puisque la
municipalité veut mettre en place rapidement la semaine de 5 jours. Du coup ils se mobilisent : 84% de
grévistes ce mardi, plus de la moitié des écoles fermées à Paris. Mais ça 
n'impressionne pas beaucoup Anne Hidalgo, la 1ère adjointe du maire de Paris au micro
de RTL:

"En France on sait que les réformes sont difficiles à porter. On va le faire dans le dialogue et la concertation."

Les
réformes sont "difficiles à porter " en France dit Anne Hidalgo. Vincent Peillon est encore plus direct : "La
puissance du conservatisme français est stupéfianfe
" commente le ministre de l'Education nationale. 

Sur France Info, François
Bayrou est aussi sévère
, il a été lui aussi ministre de  l'Education nationale : "C'est une mauvaise démarche ".

Autre sujet très politique et très polémique : l'intervention de la France
au Mali.

 Et chacun
règle ses comptes ce mardi matin. Benoît
Hamon s'en est pris à tous ceux qui critiquent la stratégie de François Hollande :

"Je trouve que cela illustre une déroute morale d'une partie de la droite française."

Le ministre
délégué à la consommation vise particulièrement Valérie Pécresse et Laurent
Wauquiez, deux dirigeants de l'UMP.

 Et Benoît
Hamon ajoute qu'il apprécie en revanche les rappels à l'ordre de Jean-Pierre Raffarin et
de François Fillon, deux anciens Premier ministres qui demandent aux troupes de rester dans le
rang.

Tout cela
n'impressionne pas du tout  la secrétaire
générale de l'UMP. Valérie Pécresse en rajoute même sur I télé
ce matin:

"Je n'ai changé de position : un soutien vigilant. Mais aussi le droit de poser des questions."

Enfin  pour fêter en grande pompe le 50e anniversaire du Traité franco allemand de l'Elysée,  tous les députés français seront reçus
à Berlin par leurs collègues allemands. Le  ministre des Affaires européennes Bernard Cazeneuve a laissé entendre sur France Inter qu'il
est pret à renégocier le traité après 2014 pour obtenir une "étape supplémentaire sur le plan politique."

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.