Cet article date de plus de huit ans.

Mariage pour tous : le gouvernement accélère

écouter
Le gouvernement a décidé d'accélérer la discussion de la loi sur le mariage, en présentant le texte en seconde lecture à l'assemblée dès mercredi prochain, et non plus fin mai comme prévu.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Sur France Info, le premier
secrétaire du PS Harlem Désir
justifie cette décision, et fustige les troubles
qui ont émaillé la mobilisation anti-mariage ce week-end :  "Rien ne justifie de s'attaquer au Sénat,
de pourchasser une intellectuelle comme Caroline Fourest qui fait une
conférence à Nantes, ou d'aller à 6h du matin devant le domicile du président
du groupe écologiste à l'Assemblée. Maintenant, il est bien qu'on puisse
adopter cette loi, (car) l'essentiel est de mobiliser le parlement sur
l'économie, l'emploi, la bataille pour le redressement du pays
".

A droite, on ne dénonce rien de moins qu'un "coup
d'état législatif". Pour Hervé Mariton, député UMP de la Drôme et chef de
file des anti-mariages à l'assemblée, interrogé sur France Inter
, "le
recours aux ordonnances est sur le fond profondément choquant. Pratiquer par
voie d'ordonnance sur des sujets aussi considérables que le mariage et la
filiation, c'est un coup de force
".

La pire violence n'est pas celle des manifestants, mais bien
celle du gouvernement, ajoute le député UMP des Yvelines Henri Guaino sur
France 2 : "Je condamne toutes les violences, mais j'appelle le
gouvernement à ne pas être lui-même une source de violence. La violence faite
aux Francais qui ne sont pas d'accord avec ce projet de loi est
considérable
".

Conclusion du député UMP et ancien ministre Bruno Le Maire
sur iTélé : "Ca sent la panique ".

Le grand déballage

Egalement dans l'actualité, le grand déballage auquel
doivent s'astreindre les ministres.

Leurs déclarations de patrimoine seront publiées à 17h sur
le site du gouvernement. En revanche, leurs feuilles d'impôts resteront
confidentielles, et leur publication ne figurera pas dans le futur projet de
loi sur la moralisation de la vie politique, indique sur RTL le ministre des
Relations avec le Parlement, Alain Vidalies : "Non, ça n'y figurera pas.
Supposons que vous ayiez un élu qui paie une pension alimentaire ; si vous
(publiez sa feuille d'impôts), vous allez donner les revenus de l'autre
personne. C'est le problème du secret fiscal
".

En fin de semaine dernière, le Premier ministre Jean-Marc
Ayrault s'était pourtant dit favorable à la publication de la feuille d'impôts
des élus en plus de leur déclaration de patrimoine.

Six milliards d'impôts en plus l'an prochain

Il y aura bien une nouvelle augmentation des impôts l'an
prochain : 10 milliards de plus, croit savoir le quotidien Les Echos . Sur
France Inter, le ministre de l'Economie confirme la hausse des prélèvements
obligatoires, mais dément le chiffre : "Le chiffre de 10 milliards n'est
pas juste, ce sera plutôt de l'ordre de six milliards. Et comme le président de
la République l'a dit sur France 2, il n'y aura pas d'autre impôt en 2014 sur
les ménages que l'augmentation déjà annoncée de la TVA
".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.