Cet article date de plus de neuf ans.

Le gouvernement va-t-il transférer une partie des charges patronales vers la CSG ?

écouter (5min)
Plusieurs ministres répondent jeudi matin aux affirmations du Monde concernant la compétitivité des entreprises françaises. Selon eux, rien n'est fait, le gouvernement attend la remise du rapport de Louis Gallois pour prendre des mesures. De son côté, Christine Boutin aurait reçu de très gros chèques de la part de l'UMP.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le quotidien Le Monde croit savoir que, pour
rendre la production française plus compétitive, "les entreprises
bénéficieraient d'un allègement du coût du travail d'une quarantaine de
milliards d'euros"
.  Pour arriver à ces 40 milliards d'euros, le gouvernement
pourrait décider "le
basculement de cotisations employeurs sur un impôt large"
, en
l'occurrence,
celui "de la contribution sociale généralisée (CSG)".

Mais jeudi matin sur Radio Classique le ministre du budget Jérome Cahuzac affirme que
rien n'est fait. Najat Vallaud-Belkacem répète la même chose sur France Info, et Pierre Moscovici sur France Inter. Un rapport sur la compétitivité sera remis par Louis Gallois le 5 novembre, le gouvernement devrait alors présenter ses mesures.

**
Y-a-t-il trop d'élections en 2014 ?

**

Le président du Sénat Jean-Pierre Bel affirme ce matin sur Europe 1 que les
élections cantonales et régionales seront vriasemblablement repoussées en 2015. Seront maintenus les municipales, les sénatoriales et les européennes.

**
De très gros chèques versés
par l'UMP à Christine Boutin

**

Naissance d'une polémique à droite. Selon une information de nos confrères de Valeurs
actuelles
, Christine Boutin a touché 800.000 euros au total. La présidente du Parti chrétien démocrate devrait toucher trois chèques de 60.000 euros d'ici fin
novembre. Certains y voit un remerciement, alors qu'elle vient de
se rallier à Jean-François Copé dans la course à la présidence de l'UMP.

Christine Boutin se dit blessée que l'on ait pu imaginer qu'elle est achetable. Ce matin, elle explique que c'est un accord financier qui date de
février, quand elle a retiré sa candidature à la présidence de la République.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.