Cet article date de plus de neuf ans.

De la "bedaine" des socialistes : NKM veut pouvoir dire ce qu'elle pense

écouter (5min)
Après la polémique sur le pain au chocolat et le ramadan, voilà celle sur la bedaine des socialistes pour reprendre les mots de Nathalie Kosciusko-Morizet lundi dans le Figaro. Des propos dont il a beaucoup été question ce matin dans les médias.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (©)

Nathalie Kosciusko-Morizet, qui n'a pas pu faute
d'un nombre suffisant de parrainages, se lancer dans la course pour la présidence de l'UMP s'est déchainée hier dans les
colonnes du Figaro. Elle a décrit la présidence
Hollande comme d'un règne d'amateurs fades et tristes, "des bourgeois de la
politique qui se sont déguisés, bedaines effacées, sourires patelins, et qui se révèlent
arrogants, menteurs, tricheurs
". Et ce mardi matin sur RTL, elle s'est étonnée des réactions qu'elle a provoquées.

Nicole Bricq, la ministre du Commerce extérieur invitée de LCI n'attendait pas NKM dans ce "rôle excessif ": "La manière me fait penser
qu'elle cherche à donner des gages à son propre camp..."

Et Bruno Lemaire, qui lui aussi
n'a pas pu être candidat à la présidence de l'UMP est d'accord avec NKM, sauf pour
la bedaine qui n'est "ni de
droite ni de gauche"
a-t-il dit sur Europe1.

 

 

 

 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.