Giorgia Meloni, lointaine héritière du fascisme mussolinien

écouter (5min)

L'actualité remise en perspective chaque samedi, grâce à l'historien Fabrice d'Almeida.

Article rédigé par
Fabrice d'Almeida - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Giorgia Meloni, présidente du parti Fratelli d'Italia, lors d'un meeting à Ancone le 23 août 2022 (VINCENZO PINTO / AFP)

Giorgia Meloni est la nouvelle star de la droite italienne. Donnée favorite dans les sondages, elle pourrait devenir la première femme à diriger le gouvernement en Italie. Issue d’un parti néo-fasciste, elle a déclarée en 1996 considérer Mussolini comme "un bon politicien". Le régime fasciste défini par Mussolini a duré vingt ans et a mal fini. Allié à Hitler, il laisse en 1945 une Italie affaiblie, frappée par la défaite.

Ses anciens militants essayent de lancer dès 1946 le Movimento sociale italiano (MSI), un parti néofasciste, qui revendique l’héritage social du régime fasciste. Le symbole est la flamme tricolore. C’est à ce parti qu’adhère Giorgia Meloni à 15 ans. Elle participe à sa mue derrière Gianfranco Fini, puis en 2012 lance un nouveau parti, Fratelli d’Italia, qu’elle préside depuis 2014. Elle est nostalgique d’un Mussolini qui aurait vu d’un très mauvais œil une femme parvenir à la tête de l’Italie.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.