Qui est Farwiza Farhan, figure de la lutte contre la déforestation en Indonésie, parmi les 100 personnalités les plus influentes du "Time" ?

écouter (3min)

Le magazine américain a dévoilé son classement des personnalités les plus influentes en 2022 et accorde une de ses couvertures à celle qui a déjà reçu cette année le prix Pritzker Innovators et le prix National Geographic pour sa défense de la forêt de Leuser à Sumatra.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Farwiza Farhan, militante écologiste indonésienne. (HARRY MURPHY / SPORTSFILE via GETTYIMAGES)

C’est la primatologue Jane Goodall qui signe son portrait dans l’hebdomadaire américain : Farwiza Farhan, l’Indonésienne qui a obtenu une amende de 26 millions de dollars contre un géant de l’huile de palme, est donc nommée personnalité la plus influente de l’année par Time, catégorie "engagement". Un titre honorifique qui vient s’ajouter au prix Pritzker Innovators 2021 qu’elle a reçu en début d’année, et au prix National Geographic 2022, faisant d’elle une référence en matière de lutte contre la déforestation.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par TIME (@time)

Farwiza Farhan habite l’île de Sumatra, la troisième plus grande forêt tropicale du monde qui rapetisse chaque année, victime des producteurs d’huile de palme. Or s’il n’y a plus d’arbres, il n’y a plus d’eau, plus d’animaux, la terre se meurt et les populations locales avec, les femmes étant les premières touchées, obligées d’aller toujours plus loin pour chercher de l’eau. C’est ce cycle d’appauvrissement qui a poussé Farwiza Farhan à créer son association, Haka, pour donner un poids juridique à la forêt de Leuser dans la province d’Aceh, dernier endroit au monde où cohabitent ensemble tigres, rhinocéros, Orangs-outans, éléphants et humains.

Une amende de 26 millions de dollars contre un géant de l'huile de palme

Pour mieux défendre cet écosystème, elle a d’abord réuni les représentants des villages, les hommes, et les a convaincu qu’ils seraient plus forts en incluant l’autre moitié de la population, les femmes, fines connaisseuses de la forêt mais traditionnellement reléguées dans l’ombre. Elle a ensuite créé le premier groupe de femmes rangers, pour faire des rondes, localiser les braconniers et cartographier les coupes d’arbres illégales. Les preuves ont été compilées, une plainte a été déposé contre PT Kallista, géant de l’huile de palme, et la justice tranché : 26 millions de dollars d’amende pour coupe illégale de bois.

C’était il y a six ans, une victoire retentissante certes, mais Farwiza Farhan veut aller plus loin, agir en amont, avant la déforestation, avant l’irréparable. Elle travaille donc à mettre en valeur cette forêt, montrer qu’il y a plus à gagner à la préserver qu’à faire des profits de court terme. Elle rappelle aussi à ceux qui se malaxent le cerveau pour réparer nos émissions de CO2 que la technologie de pointe pour capter le carbone et le retirer de l’atmosphère existe déjà : ça s’appelle un arbre et ça marche très bien depuis 400 millions d’années.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.