"Mähfreier Mai" : en Allemagne, les propriétaires de jardin appelés à laisser leur tondeuse à gazon au garage pendant un mois

écouter (2min)

L’opération est inspirée de ce qui se fait déjà depuis plusieurs années en Angleterre, "Mähfreier Mai", le mois de mai sans tonte. Objectif : laisser pousser les fleurs sauvages, observer le retour des papillons et s’interroger sur son rapport à son jardin.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
"Mähfreier mai", le mois de mai sans tonte, sur le compte Instagram de berliner.garten.geschichten (CAPTURE D'ÉCRAN)

"Mähfreier Mai", "pas de tonte en mai" : c’est le nom de l’opération que lance Bettina de la Chevalerie, la directrice de la Société allemande d’horticulture DGG 1822, qui fait la liste dans plusieurs journaux outre-Rhin des bienfaits qu’il y a à laisser tondeuse et débroussailleuse au garage pendant un mois. Objectif : regarder la nature se développer, voir s’épanouir les fleurs, redécouvrir des insectes... Bref, observer la vie, précisément toute celle qui n’a pas droit de cité sur les carrés de gazons monocolores.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Alexandra Immerz (@berliner.garten.geschichten)

L’idée n’est pas d’elle, elle vient du royaume des pelouses parfaites, l’Angleterre, qui organise depuis plusieurs années déjà ce mois sans tonte, avec un certain succès. Bettina de la Chevalerie a donc décidé d’importer le concept en Allemagne où 75% des ménages ont un jardin. "Si l’on arrête de tondre, dit-elle à l’hebdomadaire Die Zeit, la proportion de fleurs est multipliée par dix, et en quelques jours, vous allez voir apparaître des marguerites, des fleurs de trèfle, des véroniques, des primevères, des pâquerettes et pissenlits."

Questionner notre vision du jardin

Bettina de la Chevalerie voudrait que l’on revisite notre définition de ce qu’est un jardin, que l’on s’interroge sur notre rapport à ce morceau de nature, que l’on questionne notre obsession pour l’ordre, l’agencement, la domination de ce qu’on a décidé de qualifier de mauvaises herbes, "car les pissenlits et pâquerettes ne sont pas des mauvaises herbes, dit-elle, ce sont des herbes sauvages qui ont une grande valeur pour les abeilles par exemple, mais aussi les papillons et les oiseaux."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par vchangemakers.de | Jessica | (@vchangemakers)

C’est ce que montrent d’ailleurs les photos de ceux qui participent à l’opération sur Instagram, un foisonnement de papillons et autres bourdons aux pattes pleines de nectar. 

À la fin du mois, les jardins ne sont pas transformés en jungle. En général, l’option prise par les participants est celle de tondre un chemin de promenade au milieu des fleurs. De quoi s’émerveiller un peu, et s’offrir un feu d’artifice de couleur et de parfums.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.