L'été c'est différent, France info

Manger en extérieur, plaisir retrouvé de l'été : quelques astuces pour un barbecue sans danger pour la santé

Chaque été, nous faisons les choses différemment. Nous perdons nos habitudes et en adoptons d’autres. Aujourd'hui, la tradition estivale du barbecue. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
La France est le deuxième pays d’Europe le plus friand de la cuisine au barbecue, juste derrière l’Allemagne.
La France est le deuxième pays d’Europe le plus friand de la cuisine au barbecue, juste derrière l’Allemagne. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)

Si d’instinct vous reconnaissez le bruit du crépitement d’un barbecue, vous n’êtes probablement pas le seul. Les trois-quarts des Français possèdent un barbecue dans leur jardin et ils participent en moyenne à 17 grillades par été. Pour Sara par exemple, l’été est la seule période où elle aime griller de la viande : "Moi, l’été, ce que j’attends, c’est vraiment le barbecue, sourit-elle. L’hiver je n’aime pas faire griller de la viande chez moi parce que ça sent trop fort."

Dès qu’il fait beau et qu’on peut manger dehors, j’en profite, je trouve ça vraiment sympa, on prend notre temps et c’est convivial.

Sara

à franceinfo

Et comme Sara, beaucoup de Français attendent la saison des barbecues avec impatience. La France est le deuxième pays d’Europe le plus friand de cette cuisine, juste derrière l’Allemagne. Et cet amour pour la cuisine au barbecue est une tendance qui n’est pas près de s’arrêter. Au contraire : le nombre de personnes déclarant faire au moins un barbecue par semaine pendant l’été ne cesse d’augmenter.

Mais est-ce une bonne habitude estivale ? "Les barbecues qui ont été utilisés jusqu’à présent n’étaient absolument pas adaptés en terme de santé, souligne Laurent Chevallier, nutritionniste au CHU de Montpellier. On pose de la viande grasse sur du feu, cela va créer des produits toxiques et ces produits toxiques vont ensuite se vaporiser dans la viande."

Nous n’avons pas toujours cuit la viande ainsi

Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, nous n’avons pas toujours cuit la viande de cette façon. "Historiquement, poursuit Laurent Chevallier, nous nous sommes aperçu que même à la Préhistoire les aliments étaient cuits à côté du feu, mais jamais sur le feu. La viande était cuite sur des pierres plates autour du feu. Donc nous n’avons jamais brûlé les aliments comme on l’a fait au XXe siècle et au XXIe siècle."

Aujourd’hui, il est possible d’acheter un barbecue qui permet de cuire la viande sur le côté, verticalement. Mais même avec un matériel classique avec la viande posée sur une grille au-dessus du feu, il existe quelques techniques pour éviter d’absorber trop de matières toxiques. Pour Laurent Chevallier, il suffit de faire attention à poser la grille suffisamment haut, au-dessus du feu. "Et surtout, de prendre énormément de végétaux", insiste-t-il.

Il est ainsi possible d’accompagner son barbecue avec des crudités, des salades car les fibres végétales vont permettre de créer un magma qui limite le contact des produits potentiellement toxiques avec l’intestin.

Laurent Chevallier

à franceinfo


Le lecteur averti, peut-être trouvera-t-il le temps de s’entraîner cet été et, pourquoi pas, se préparer au Championnat de France de barbecue dont la finale se déroulera aux Saintes-Maries-de-la-Mer les 18 et 19 septembre 2021. Un concours qui réunit certaines années près de 10 000 visiteurs.

La France est le deuxième pays d’Europe le plus friand de la cuisine au barbecue, juste derrière l’Allemagne.
La France est le deuxième pays d’Europe le plus friand de la cuisine au barbecue, juste derrière l’Allemagne. (BRUNO LEVESQUE / MAXPPP)