Cet article date de plus de huit ans.

François Fillon brise le tabou du vote pour le Front national

écouter (20min)
Une petite phrase de François Fillon qui fera date, concernant le Front national. Entre un candidat FN, et un socialiste, l'ancien Premier ministre UMP conseille à ses amis de voter pour le moins sectaire des deux. Le moins sectaire des deux pouvant être un Front national. De là à dire qu'un électeur UMP peut voter FN... il y a un pas, qui fait beaucoup de bruit.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
 (©)

Un pas que
la gauche franchit résolument. Pour Harlem
Désir, le premier secrétaire du PS, l'ancien Premier ministre "crée un désistement
antirépublicain inédit".Le ministre
de l'éducation, Vincent Peillon en appelle à l'Histoire, pour dire que François
Fillon a " tort pour le pays et son mouvement politique ". Les réactions
se multiplient à gauche, et à droite aussi. Rappel de l'ancien
Premier ministre et ancien patron du RPR, Alain Juppé, dans l'Express  aujourd'hui
: "s'il y a réel danger de victoire du FN, je ne mets pas l'extrême
droite et le PS sur le même plan."

Car la
doctrine officielle de l'UMP, c'est le ni ni : ni FN, ni Front Républicain.

Mais que disent les amis de François Fillon,
a-t-il vraiment pris position en faveur du vote FN ?

La phrase de
François Fillon est nette, le contexte est ambigu. François
Fillon s'est toujours clairement opposé à toute alliance et tout accord avec le
Front national. Hier encore,
au cours de cette fameuse interview, il le redit, mais il confie, à propos des
municipales, ce qu'il conseille à ses amis, en cas de duel FN/PS : "votez
pour le moins sectaire, un maire doit rassembler sa ville".

Question d'un
journaliste : et un PS peut être plus sectaire qu'un Front National  ?

Réponse de François
Fillon : "Ça peut arriver, je ne dis pas que c'est toujours le cas,
mais ça peut arriver ".

Donc, dans
ce cas, selon lui, on peut voter Front national.

C'est ce que
chacun comprend. Un verrou a
sauté, le vote FN est possible, dans le cas d'un socialiste sectaire. Car si l'on
demande aux électeurs UMP, s'ils trouvent qu'un socialiste leur paraît plus
sectaire qu'un FN, certains répondront  que oui, ça peut arriver. Et que
oui, fort de l'aval de François Fillon, ils voteront FN, dans ce cas de figure.

Vous disiez que le contexte est ambigu...

C'est la
remarque de plusieurs amis de François Fillon, qui cherchent à minimiser cette
petite phrase. Ce qu'ils
mettent en avant c'est son refus de toute alliance, accord, ou entente avec le Front
National. Son respect du ni ni. Pas question
pour autant de démentir cette petite phrase. Toutes les
postures y passent : c'est la question qui est ambiguë. La réponse
relèverait de la boutade. Le cas de figure n'existera pas. Tout y
passe, pour ne pas confirmer officiellement cette évolution, sans pour autant
la démentir formellement. D'ailleurs François
Fillon lui-même n'envisage pas de revenir sur son propos ce soir.

Il assume donc ce tournant ?

François
Fillon est un grand garçon. C'est un ancien Premier ministre qui ne parle pas
sans réfléchir. Il sait qu'aujourd'hui avec internet la poussière ressort toujours
de dessous le tapis. S'il laisse
volontairement cette polémique prospérer, c'est qu'il pense qu'elle lui fera plus
de bien que de mal. A l'UMP, il
est désormais celui qui ne nourrit aucun à priori favorable au PS, ni aucun a
priori définitif face au vote Front national.

C'est un
homme ouvert, à sa façon.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.