Jardin. Les mésanges bleues et les mésanges charbonnières, stars de nos jardins

écouter (3min)

Elles vivent dans nos jardins, été comme hiver. Mais comment reconnaître ces deux espèces ? Voici comment faire la différence et mieux connaître ces petits oiseaux. 

Article rédigé par
Isabelle Morand - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Une mésange charbonnière.  (DAVID FEATHERBE / 500PX PRIME / GETTY IMAGES)

Les mésanges font partie des oiseaux les plus familiers de nos jardins, en ville ou à la campagne. Il en existe plusieurs espèces en France. Les plus communes sont la mésange bleue (Cyanistes caeruleus) et la mésange charbonnière (Parus major).

Tête bleue ou casque noir

Comment reconnaître une mésange bleue d'une mésange charbonnière ? Les explications de Bruno Dulong, dont l’entreprise La cabane au piaf est spécialisée dans la fabrication de mangeoires et de nichoirs.

La mésange bleue est un oiseau beaucoup plus petit que la mésange charbonnière. Elle pèse entre 10 et 12 grammes ; la mésange charbonnière pèse, elle, entre 17 et 18 grammes.

Bruno Dulong, de La cabane au piaf

"La mésange bleue est... bleue, de la tête jusqu'à la queue ; son ventre est jaune, précise Bruno Dulong. La mésange charbonnière a un casque noir sur la tête, jusque devant les yeux. Ces deux espèces sont des prédatrices, elles sont donc concurrentes dans la recherche de la nourriture."

Une mésange bleue.  (MARK L STANLEY / DIGITAL VISION / GETTY IMAGES)

Une même obsession pour la reproduction

Les deux espèces sont donc vraiment différentes, mais elles ont la même obsession : faire des petits pour perpétuer leur espèce. Entre le printemps et le milieu de l’été, les mésanges bleues et les mésanges charbonnières ont donc plusieurs portées.

La bleue va pondre jusqu’à 14 œufs, la charbonnière une dizaine. Pour nourrir tout ce petit monde, les parents effectuent quotidiennement environ 150 sorties du nid. Ils mâchent la nourriture avant de la déposer dans le bec des bébés.

Malgré toutes leurs attentions, seuls quelques oisillons parviennent à l’âge adulte, explique Bruno Dulong : "Déjà, il en meurt à la naissance. La femelle observe ensuite sa nichée, elle repère les plus faibles et ne les nourrit plus dans le nid. Une deuxième sélection intervient à la sortie du nid. La femelle observe ceux qui volent bien, la suivent d'arbre en arbre. Elle laisse mourir de faim ceux qui ont du mal à la suivre." 

En fin de compte, seuls quelques oisillons sortent victorieux de ces épreuves de la vie.

Bruno Dulong

Une retraite bien méritée

Bleues ou charbonnières, les mésanges ne vivent pas très longtemps, entre 4 et 6 ans. Les couples sont fidèles et se reproduisent pendant 3 ans. Puis, ils sont épuisés et prennent leur retraite dans nos jardins.

Ces mésanges se débrouillent toutes seules en été, mangent des insectes, des chrysalides de papillons, mais l’hiver, c’est une autre affaire. La nourriture se fait rare. C’est pour cette raison qu’il est important de leur donner à manger. Il faut les aider à faire du gras pour supporter les nuits les plus froides. 

Bruno Dulong fabrique des mangeoires, des nichoirs et des maisons pour les hérissons dans son entreprise tourangelle, La Cabane au Piaf. (ISABELLE MORAND / RADIO FRANCE / FRANCE INFO)

La Cabane au piaf est une entreprise installée dans le Maine-et-Loire, à Trélazé. Bruno Dulong construit des nichoirs, des mangeoires mais aussi des abris pour hérisson, tortue, écureuil et chauve-souris. Et même, excellente idée, des boîtes à lettres avec des toits végétalisés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Jardin

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.