Présidentielle 2022 : Yahoo France veut peser dans la campagne

écouter (367min)

Le média digital lance une émission politique dans laquelle tous les candidats seront invités.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Géraldine Muhlmann journaliste et politologue, présente "President.e 2022" sur Yahoo Actualités. (CAPTURE D'ECRAN FRANCEINFO)

Avec neuf millions d’utilisateurs mensuels, une hausse de 25% en un an, Yahoo Actualités est sur une bonne dynamique. La plateforme, qui agrège les contenus des autres médias, produit aussi de plus en plus ses propres contenus. Après le succès de La face Katché, émission d’entretiens avec des personnalités issues de la diversité, voici Président.e 2022 à partir de la semaine prochaine, nouveau programme axé sur la politique.

"L’invité sera seul à l’image. Pour voir et comprendre ses agacements, ses doutes", explique Alexandre Delperier, le directeur des programmes, des contenus et de l’information chez Yahoo France. Les entretiens seront menés par la journaliste et politologue Géraldine Muhlmann, qui n’apparaîtra donc pas à l’écran. "C’est une des choses intéressantes dans cette émission. Ce sera un studio un peu calme, une lumière chaleureuse, pour essayer d’avoir une parole singulière tant que possible. Les candidats, on les voit partout tout le temps. Je vais essayer de leur poser des questions sur ce qu’est devenu la politique dans ce pays, cette brutalité qui n’échappe à personne..."

"Je voudrais les faire réfléchir sur les personnages publics qu’ils sont, ce qu’ils ont pu dire dans le passé. On parlera aussi de leurs idées bien sûr."

Géraldine Muhlmann

à franceinfo

Tous les candidats officiels ont déjà donné leur accord, selon Alexandre Delpérier, qui compte bien inviter Eric Zemmour s’il se lance dans la course.

Sur franceinfo, Géraldine Muhlmann est également revenue sur ses propos prononcés lundi 27 septembre dans C ce soir sur France 5, et qui ont provoqué la colère de BFMTV. Elle déplorait que la place du reportage recule sur les chaînes d’info en continu au profit de l’opinion, affirmant qu’il n’y avait plus de reporters, plus d’enquête sur ces antennes, les chaînes leur préférant désormais les débats : "Il y a d’abord une mauvaise interprétation de mes propos puisque le débat portait sur Zemmour, sur la chaîne sur laquelle il officiait. Je n’ai pas voulu les citer, mais je parlais de CNews, qui assume cette ligne de débat, d’opinion. Et je pense qu’au bout d’un moment, ça pose un problème journalistiquement. Après j’ai eu une formule malheureuse en disant : 'sur toutes les chaînes d’info'. Je n’aurais pas dû dire cela, je ne visais pas BFM qui est un lieu où il y a encore beaucoup de reportages formidables. En revanche je pense qu’il y a une tendance, d’où mon glissement, à mettre de moins en moins de reportages partout. Cela dit, jai reçu un nombre incroyable de message de reporters qui me remerciaient."

Pour Alexandre Delperier, "il faut respecter chaque média. Chacun a sa ligne, BFM fait beaucoup d’enquêtes, CNews fait plutôt de l’opinion."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.