L'Euro de foot sur France Télévisions ? "Il ne faut jamais dire jamais", dit le patron des sports du groupe public

écouter (8min)

L’élimination précoce des Bleus est une mauvaise nouvelle pour les diffuseurs gratuits, affirme Laurent-Eric Le Lay, directeur des sports de France Télévisions. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Laurent-Eric Le Lay, patron des sports de France Télévisions. (FRANCE INFO / RADIO FRANCE)

Le directeur des sports de France Télévisions, Laurent-Eric Le Lay, a fait des infidélités à son entreprise pour suivre sur TF1 le 8e de finale de la France face à la Suisse dans l’Euro de football, et comme beaucoup de Français, il affiche une grande déception au lendemain de la défaite : "C’était tellement irréel de voir cette belle équipe de France ne pas réussir à passer ce cap. Mais c’est le sport, rien n’est jamais gagné d’avance, même si on est les meilleurs et parfois il faut, avec humilité, accepter la défaite. Ce qui nous importe, c’est que les équipes de France, toutes, arrivent le plus loin possible, qu’on ait les droits de la compétition ou non."

C’est en effet Bein Sports qui diffuse l’intégralité de la compétition, tandis que TF1 et M6 se partagent 23 des 51 matchs. L’élimination précoce des Bleus est "une mauvaise nouvelle pour les diffuseurs gratuits. Mais on a eu quatre beaux matchs de l’équipe de France en phase de poule et les matchs restants feront aussi des audiences exceptionnelles, même si on sera loin des 16,3 millions d’hier soir." Quant à la perspective de voir cette compétition ou un Mondial de foot un jour sur le service public, Laurent-Eric Le Lay ne l’exclut pas : "Il ne faut jamais dire jamais, on verra…"

Roland-Garros et le Tour de France, succès d'audience

Sur France Télévisions en revanche, il y a en ce moment le Tour de France, avec des audiences excellentes à la clé tous les après-midis : "C’est notre meilleur week-end de démarrage depuis 20 ans. J’ai participé aux deux premières étapes et il y avait énormément de monde sur la route. Le Tour de France est un spectacle qui se veut gratuit. J’échange beaucoup avec les organisateurs et à aucun moment ils n’ont pour stratégie que le Tour soit diffusé sur une plateforme payante." 

À l’inverse de Roland-Garros, dont une partie était diffusée exclusivement sur la plateforme Amazon, un acteur donc payant. Aucun chiffre d’audience n’a filtré, ce qui n’est jamais bon signe. "Nous, on a fait 39 millions de téléspectateurs sur l’ensemble de la quinzaine. L’arrivée d’Amazon ne nous a pas fait souffrir", se félicite Laurent-Eric Le Lay.

Le vélo laissera ensuite la place aux Jeux olympiques à partir du 23 juillet. Les cérémonies d’ouverture et de clôture ainsi que toutes les épreuves seront en clair, sur les chaînes de France Télévisions et sur sa plateforme numérique. Problème : le décalage horaire qui nous est défavorable puisqu’il est 7 heures de plus à Tokyo. "Entre France 2, France 3 et France 4, on aura environ 20 heures de couverture par jour, et on sera très exhaustifs sur le digital. Tous les Français, quelle que soit l’heure, pourront voir les JO sur le service public", commente Laurent-Eric Le Lay.                     

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Info médias

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.