Catherine Barma : "Je veux renouveler le talk-show"

écouter (8min)

L’ancienne productrice de Thierry Ardisson et Laurent Ruquier met en lumière des créatures "extravagantes" sur Paris Première.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Catherine Barma, productrice d'"Extravagantes" sur Paris Première. (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)

Quel est le point commun entre Tout le monde en parle, On n’est pas couché , Bains de minuit, On n’demande qu’à en rire, Lunettes noires pour nuits blanches ? Toutes ces émissions ont la même productrice : Catherine Barma. Depuis les années 80, elle ne cesse d’innover, d’inventer des formats aux côtés de Thierry Ardisson et Laurent Ruquier.

On lui doit par exemple l’avènement des talk-show. Un concept qu’elle tente de renouveler, pas avec un animateur, mais avec des artistes de cabaret qui font le show dans Extravagantes sur Paris Première. Un nouveau numéro, spécial Festival de Cannes, avec Claude Lelouch et Elsa Zylbertstein, est programmé mardi 17 mai à 22h45 sur la chaîne payante. "Ce sont des créatures, pas des gens qui imitent des personnages existants. Ils ont eux-mêmes inventé des personnages. Chacun a son univers. Ces artistes peuvent chanter, danser et ils sont très bons pour poser des questions. Ils ont beaucoup d'humour", clame Catherine Barma.

"J'ai toujours été intéressée par le monde de la nuit et je voulais renouveler le talk-show".

Catherine Barma

sur franceinfo

Catherine Barma est également la productrice de Cuisine ouverte, le samedi sur France 3. Une émission culinaire présentée par le jeune Mory Sacko, ex-candidat de Top Chef :  "C'est quelqu'un de très charismatique. Il est solaire. Les gens ont envie de l'aimer. Et il apporte cet art du bien-vivre. Chez lui, tout est pensé. C'est un artiste", déclare Catherine Barma.

Après quatre décennies passées dans l’univers de la télé, quel regard porte Catherine Barma sur ce média ? "La télé d’aujourd’hui doit représenter vraiment ce qu'est la société et je pense qu'elle le fait assez bien. Personnellement, j'aimerais qu'il y ait un peu plus de culture, mais c'est difficile parce que malgré tout, il faut arriver à faire de l'audience." 

Comment permettre à chacun de mieux s'informer ?

Participez à la consultation initiée dans le cadre du projet européen De facto sur la plateforme Make.org. Franceinfo en est le partenaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.