Histoires d'info, France info

"On n'a pas de pétrole mais on a des idées", en 1976, on passe à l'heure d'été

Dans un contexte de crise pétrolière, dès le mois de décembre 1973, Valéry Giscard d'Estaing, ministre des Finances, lance l'idée d'un changement d'heure à la fin du mois de mars pour limiter la consommation d'énergie. Une fois à la présidence, il l'impose en 1976. Une mesure qui dès le départ suscite des doutes.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Retour ce matin le 26 mars 1976. La France s’apprête alors à changer d’heure, en passant à l’heure d’été. Ce changement d’habitude désoriente la SNCF, Air France ou les travailleurs frontaliers mais aussi le légendaire et bougon Roger Gicquel qui ne semble guère emballé par ce changement d’heure…

 

"Quand on essaye de m'explique le changement d'heure à moi, c'est un peu comme quand on veut me faire comprendre les liens de parenté entre la petite de la nièce de la tante Berthe et l'oncle du cousin Isidore qui s'etait marié en seconde noce avec le troisième enfant né d'un troisième lit de la grand-mère du premier nommé...Je n'y comprends rien."

Dans un long monologue dont vous n’avez eu ici qu’un court extrait, Gicquel critique fortement cette mesure décidé par Valery Giscard d’Estaing, une mesure qu’il considère comme inutile.

Contrairement à Roger Gicquel, le porte-parole du gouvernement André Rossi était très optimiste et serein au moment d’annoncer cette réforme un an plus tôt en mars 1975:

"Les gens se coucheront une heure plus tôt le soir pendant l'été et de ce seul fait, il y a une consommation électrique qui se réduit d'autant..."

Plus que de se coucher une heure plus tôt, c'est surtout le bonus d’heure de soleil en plus en fin de journée qui doit permettre les économies d’énergie.

Frappée de plein fouet par l’envolée du prix du pétrole et par l’inflation qu’elle entraîne, la France cherche à baisser sa consommation d’électricité, et c’est ainsi qu’on décide de relancer l’idée de l’heure d’été, une idée de l’entre-deux guerres, alors utilisé pour faire baisser la consommation française de charbon.

"Vous le voyez, en France, on n'a pas de pétrole mais on a des idées !"

Cette mesure ne devait être au départ que temporaire, mais dans la nuit de samedi à dimanche, 40 ans après, nous allons encore changer d’heure, comme d’ailleurs tous nos voisins européens, l’harmonisation ayant eu lieu en 1998 dans l’Union européenne.

Depuis une quinzaine d’années, chaque année, le débat sur l’utilité de ce changement d’heure ressurgit. Les économies sont de plus en plus faibles grâce aux ampoules à faible consommation et pour certains ne compensent pas les troubles physiologiques liées au changement d’heure notamment pour les enfants.

Cela étant il y a tout de même un intérêt qui fait que les Fançais restent attachés à l'heure d'été. 10 jours  après le passage à l’heure d’été, le 10 avril 1976, un premier bilan conclut que…

"...L'heure d'été a au-moins cet avantage: on a le temps désormais de mesurer sur la Cannebière la distance de la boule au cochonnet."

Et force est de constater qu’une heure de jour en plus et en été, ça ne permet peut-être pas d’économiser de l’énergie…mais ça en donne, de l’energie.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)