Histoires d'info, France info

Les populations civiles normandes, victimes oubliées du Débarquement

Les bombardements des Alliés se sont révélés dramatiques pour les populations civiles.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le Havre en ruines en septembre 1944 après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.
Le Havre en ruines en septembre 1944 après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. (AFP)

À l'occasion du 75e anniversaire du débarquement jeudi 6 juin, on célèbre beaucoup les héros, les vétérans, ceux qui ont débarqué, mais on pense beaucoup moins à certaines victimes civiles. Ces Actualités Françaises du mois de novembre 1955 permettent de prendre la mesure de cet oubli : "Ce champ de ruines, c'était en 1944 ce qui restait du Havre. Les bombardements avaient fait du Havre l'une des villes les plus sinistrées de France. Aujourd'hui pourtant, le Havre est ressuscité."

Le Havre ressuscité par un effort national de reconstruction... Mais ce qui est intéressant, c’est que si l’on indique que la ville fut quasiment totalement détruite par des bombardements de 1944, on en tait les responsables. Et cela pour une raison simple : les responsables, ce sont les Alliés, et les Anglais en particulier, qui au début du mois de septembre 1944, ne parvenant pas à obtenir la reddition des Allemands, bombardent très abondamment la ville.

Un choix stratégique gagnant, mais dramatique pour les populations civiles. La ville compte ses morts, sans doute plus de 2 000 personnes ont péri dans ces bombardements.

Des milliers de civils normands tués

Le Havre est loin d’être un cas isolé et d’ailleurs les Anglo-américains n’ont pas uniquement bombardé pour obtenir la reddition des Allemands. Juste après le Débarquement, les bombardements ont lieu pour couper les communications entre les troupes allemandes et les désorganiser, afin de faciliter la pénétration des Alliés à l’intérieur du territoire français.

Forcément, la propagande s’en sert. Dans cette archive de France-Actualités, pilotée par Vichy, le 30 juin 1944, non plus au Havre, mais à Caen : "Alors que vous regardez paisiblement ces images, le calvaire de 200 000 Normands continue. À chaque minute, des Français meurent, à chaque minute, des maisons françaises sont détruites."

On insiste sur le calvaire des Français, mais de fait, au-delà de la propagande, la population civile normande a payé un très lourd tribut à la libération du territoire national. On évoque en effet souvent 20 000 morts, même s’il y a débat entre historiens autour de ce chiffre.

Le Havre en ruines en septembre 1944 après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale.
Le Havre en ruines en septembre 1944 après les bombardements de la Seconde Guerre mondiale. (AFP)