Histoires d'info, France info

Le pétrole, une arme déployée par Washington et Ryad contre Moscou ?

En 1986, l'URSS accuse les États-Unis d'avoir fomenté avec l'Arabie Saoudite un complot visant à l'affaiblir en organisant la chute des cours. Une accusation qui ressurgit actuellement avec la baisse actuelle des cours de l'or noir...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Puits de pétrole sur l'île de Cuba © Maxppp)

 Le 29 juillet 1986, l'OPEP, l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole, tient à Genève une réunion de crise

Car l'heure est grave. Parce que l'Arabie Saoudite en a décidé ainsi, cela fait plusieurs mois que l'OPEP inonde les marchés mondiaux de son pétrole, ce qui entraîne inévitablement un effondrement des cours. Le pays en a plus qu'assez d'être le seul grand pays producteur de pétrole à respecter les quotas mis en place par l'OPEP et de fait limiter sa production pour maintenir les cours depuis plusieurs années.

Il est vrai que dans ce domaine, ses partenaires ne sont pas vraiment de bons élèves, et en premier lieu l'Iran et l'Irak, en guerre depuis 1980, qui ont donc énormément besoin d'argent. Alors au début de l'année 1986, l'Arabie Saoudite ouvre les vannes à son tour, inondant le marché du pétrole.

Un pétrole dont le prix qui tournait, autour de 40$ le baril depuis le second choc de 1979, chute brutalement, atteignant le prix des années 1950! C'est le contre-choc pétrolier, et ce n'est pas sans rappeler la situation  actuelle. Situation dans laquelle l'OPEP refuse de réduire sa production, faisant ainsi dévisser le cours qui atteint son plus bas niveau depuis quatre ans.

A l'époque comme aujourd'hui, ce choix entraîne de graves tensions au sein de l'OPEP. Mais cela a également des conséquences aux États-Unis où 5.000 puits de pétrole sont contraints à la fermture car pas assez rentables.

Cela avait également coûté très cher à l'Arabie Saoudite, tant et si bien qu'au coeur de l'été 1986, Ryiad fait volte face et change de politique comme l'explique Nicolas Sarkis, conseiller auprès de l'OPEP :

"Le gouvernement saoudien veut que les prix remontent ! "

Et les prix vont effectivement augmenter

Pour autant, malgré les conséquences économiques douloureuses pour les USA , hier comme aujourd'hui, Moscou (mais aussi Caracas) y voit la main des Etats-Unis s'appuyant sur leur fidèle ami saoudien.

Ainsi, en 1986, l'URSS crie au scandale et affirme que son rival a passé un accord avec l'Arabie Saoudite pour faire chuter les prix, et donc l'affaiblir. Ce sentiment de complot est par ailleurs exarcebé par la visite du Vice Président George Bush en Arabie Saoudite en avril 1986 alors que selon la Documentation Française, le baril de pétrole tombe à 7$.

Selon Vladimir Poutine, l'histoire se répète, Barack Obama cherchant à l'affaiblir via l'Arabie Saoudite.

 

(Puits de pétrole sur l'île de Cuba © Maxppp)