Histoires d'info, France info

Juin 1967: pour assurer la survie d'Israël, Moshe Dayan renonce au Mont du Temple

L'Esplanade des Mosquées à Jérusalem est le troisième lieu le plus saint de l'Islam. Lieu où s'élevait il y a 2000 ans le Temple de Salomon. Malgré la victoire militaire israélienne de 1967, Moshe Dayan fait retirer le drapeau israélien qui flotte sur le Dôme du Rocher et confie l'administration du lieu sacré aux Arabes, interdisant par la même à tout Juif de venir y prier. Un statu quo fragile

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Le "vidage de poste", une technique de harcèlement de plus en plus utilisée © Maxppp)

En octobre 1987, de très graves incidents ont lieu à Jérusalem-Est, sur l'Esplanade des Mosquées pour les Musulmans, Mont du Temple pour les Juifs.

Des Musulmans s'en prennent à des Juifs d'extrême-droite venus prier sur l'Esplanade, ce qui est rigoureusement interdit.

Le statu-quo decrété par Moshe Dayan 

Que les Juifs ne puissent pas prier sur leur lieu le plus saint, là où se dressait il y a 2000 ans le Temple de Salomon, c'est la conséquence d'une décision prise Moshe Dayan, le ministre de la Défense israélien à l'issue de la Guerre des Six Jours.

Pourtant, Israël, après avoir mis la main sur la Cisjordanie, et donc sur Jérusalem-Est et la vieille ville où se trouve l'Esplanade des Mosquées, était victorieux.

Mais l'Esplanade des Mosquées est le troisième lieu saint de l'Islam et conscient de la situation pour le moins explosive en cas de souveraineté juive sur le lieu, Dayan avait alors assuré au mufti (interprète de la loi musulmane) de Jérusalem, que le site sacré resterait sous autorité musulmane avec interdiction pour les Juifs d'y prier.

Et geste ô combien symbolique, il ordonne d'enlever le drapeau israélien qui flottait sur le Dôme du Rocher depuis quelques jours, depuis la conquête israélienne.

Quelques jours après la fin de la Guerre des Six jours, Moshe Dayan lui-même rappelle le caractère saint de Jérusalem pour les trois religions.

 

Les ultra-nationalistes rêvent de récuperer l'Esplanade et d'y bâtir le "troisième Temple"

Toutefois, la sage décision de Dayan, le statu quo, n'a jamais été accepté par les ultra-nationalistes religieux, certes minoritaires, mais qui montent en puissances. Leur objectif est de prier sur le Mont du Temple, et pour certains, d'y construire le Troisième Temple.

Yehuda Etzion fait parti de ces militants. Condamné en 1984 pour avoir fomenté un attentat sur l'Esplanade visant à détruire purement et simplement le Dôme du Rocher, il n'a jamais renoncé à redonner aux Juifs le Mont du Temple.

En 2009, il rappelle ainsi qu'il s'agit du lieu le plus saint de la Nation juive et qu'il trouve "très très douloureux" que les Juifs ne puissent pas y prier.

Ainsi, la tentative d'assassinat  lors d'une conférence ayant pour titre "Israël revient au Mont du Temple" contre Yehuda Glik, rabbin et grand activiste de la construction du Troisième Temple dont il préside l'institut, montre combien cette question reste sensible. Et la crainte palestinienne de voir la décision de Dayan de 1967 remise en cause...

Pour en savoir plus :

http://www.liberation.fr/livres/2013/04/12/engrenage-de-la-non-paix-au-proche-orient_895797

http://www.i24news.tv/fr/opinions/49653-141103-danger-de-hebronisation-sur-le-mont-du-temple-ou-ne-pas-briser-le-statu-quo-de-moshe-dayan

(Le "vidage de poste", une technique de harcèlement de plus en plus utilisée © Maxppp)