Histoires d'info. Les beaux perdants : Vincent Van Gogh, le peintre maudit

écouter (3min)

Ils ont subi un ou des échecs et ils ont été célèbres. Thomas Snégaroff nous fait revivre les moments les plus épiques de leur vie. Le peintre Vincent Van Gogh n'a été reconnu qu'après sa mort et ses toiles ont atteint des fortunes. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le peintre Vincent Van Gogh, auto-portrait, 1889. (FINE ART / CORBIS HISTORICAL via GETTYIMAGES)

Le peintre Vincent Van Gogh n'a été reconnu qu'après sa mort et ses toiles ont atteint des fortunes. Son neveu s'exprime ici en 1960 à l’occasion de l’inauguration d’une exposition consacrée à son oncle. "Ils étaient vraiment peu nombreux à s’intéresser et moins encore à apprécier le travail, le génie de Vincent Van Gogh qui, selon les experts, n’aura vendu de son vivant qu’une, voire deux œuvres. Celle vendue avec certitude, c’est La Vigne Rouge, une toile peinte en 1888 et vendue en 1890 à Bruxelles pour la modique somme de 400 francs, quelques mois à peine avant le suicide de Vincent Van Gogh", relate son neveu.

La première rétrospective Van Gogh se tient en 1901, à cette date, Van Gogh n’aurait pas encore eu 50 ans. Reste une question : comment aurait-il vécu cela ? Nous sommes en mars 1987 et on vend Les Tournesols. "On commence à décrocher à partir de 150 millions de francs. Le précédent record, 80 millions pour un Manet est déjà battu. Sprint final par téléphone. Et c'est le moment historique : 228 millions et des poussières !"

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Histoire d'info

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.