Photos, photographes, France info

franceinfo junior. Un photographe a suivi le parcours d'un enfant migrant en France

Le photographe Olivier Jobard a suivi pendant plusieurs années un jeune Afghan arrivé en France à 12 ans. Son travail est exposé en ce moment au festival Visa pour l'image. Au micro de franceinfo junior, il raconte son reportage à deux ados, Yuna et Brunhilde.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
\"Les soucis s’accumulent dans mon cœur.\" Paris, janvier 2010.
"Les soucis s’accumulent dans mon cœur." Paris, janvier 2010. (OLIVIER JOBARD / MYOP)

Avec son appareil photo, Olivier Jobard a suivi depuis 2010 le parcours de Gorban, un enfant migrant débarqué d'Afghanistan en France à l'âge de 12 ans. Son travail "Ghorban, né un jour qui n'existe pas" est exposé jusqu'au 16 septembre au festival Visa pour l'image, à Perpignan (Pyrénées orientales). Depuis plusieurs années, le photographe suit le parcours de Ghorban, un jeune Afghan arrivé seul en France, sans sa famille, à 12 ans. A l'époque, avec un groupe d'autres migrants, il dormait dans la rue, faute de logement. Yuna et Brunhilde ont à peu près le même âge, ce sont elles aujourd'hui qui prennent le micro de franceinfo junior pour interviewer Olivier Jobard. 

C'est Brunhilde qui pose la première question : "Comment l’avez-vous rencontré et pourquoi ce sujet vous a intéressé ?" Olivier Jobard, qui avait déjà réalisé un reportage photo pour suivre des migrants sur la route, explique : "Je l'ai rencontré un peu par hasard, j'habitais dans le coin où il dormait. Il venait d'arriver à Paris en 2010, il avait 12 ans. Ils étaient à la rue, ça m'avait choqué. (...) J'ai essayé de prendre contact avec eux. Ghorban voulait vraiment témoigner des difficultés qu'il avait eues sur la route." 

"Un garçon de 12 ans qui a parcouru 12 000 km"

L'occasion aussi de rappeler le long parcours de ce jeune migrant, qui a quitté très tôt son pays. "Ghorban a pris la route très jeune, à 8 ans et demi pour retrouver son père et son grand frère en Iran (...). Il a travaillé dans une briquerie, il a travaillé très jeune. Son grand frère est parti sur la route pour aller en Europe. Ghorban, un an après, a voulu suivre les traces de son grand-frère", explique Olivier Jobard. Le jeune garçon a notamment a traversé la montagne entre l'Iran et la Turquie durant plusieurs jours avec un passeur, puis il a pris un bateau pour arriver sur une île grecque. Il a ensuite dû embarquer dans un camion pour passer la frontière avec l'Italie, avant d'arriver en France :"Quand je l'ai vu à Paris, il venait juste d'arriver. C'était un petit garçon de 12 ans, qui avait traversé près de 10 000 ou 12 000 km pour venir en France. Il n'avait rien sur lui : un tee-shirt, un pantalon... Il arrivait les mains vides dans un pays qu'il ne connaissait pas, il ne parlait pas la langue."

Brunhilde se demande comment le photographe a réussi à obtenir la confiance du jeune Afghan, pendant toutes ces années de reportage. "Pour Ghorban, la confiance s'est instaurée rapidement. Il aurait fait confiance à n'importe qui, il était tellement démuni. La première personne qui lui tendait la main, il l'aurait prise", répond le photographe. 

► Pour écouter les questions de nos deux jeunes intervieweuses du jour et les réponses du photographe Olivier Jobard, vous pouvez réécouter notre émission du jour en entier.

franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d\'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com.
franceinfo junior, une émission en partenariat avec le magazine d'actualités pour enfants 1jour1actu et 1jour1actu.com. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Cette semaine sur franceinfo junior

► Lundi, des enfants ont posé des questions sur la nouvelle vie des footballeurs français, depuis leur titre de champion du monde.

► Mardi, des écoliers ont posé des questions sur la natalité en France.

► Mercredi, ils ont parlé des actions contre le réchauffement climatique.

► Jeudi, franceinfo junior a parlé de féminisme

\"Les soucis s’accumulent dans mon cœur.\" Paris, janvier 2010.
"Les soucis s’accumulent dans mon cœur." Paris, janvier 2010. (OLIVIER JOBARD / MYOP)