En un mot, France info

En un mot. Bac philo : la vérité si j'mens

Le mot de l'actu du jour est : Bac. Cela n'aura échappé à personne. Surtout pas à Nathalie Bourrus.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Lors de l\'épreuve de philosophie du baccalauréat, à Cusset (Allier), en juin 2014.
Lors de l'épreuve de philosophie du baccalauréat, à Cusset (Allier), en juin 2014. (MAXPPP)

Bac. J’aurais pu dire baccalauréat ou bachelier. En tout cas, cela vient du latin baccalarius, qui signifie "petit propriétaire foncier d'exploitations". Probablement de terres viticoles, puisque "baccalaria" est rattaché au dieu Bacchus. Bacchus Bacchus… De là à imaginer les jeunes, beurrés, pour aller philosopher… Remarque, pour parler Désir, Vérité ou Culture, parfois il vaut mieux ne pas être dans son état normal.

Sur la vérité, il y avait deux sujets. Le premier pour le Bac L (Littéraire) : "Peut-on renoncer à la vérité ?" Waouh…. ça fait peur. Peut-être, fallait-il renoncer au sujet tout court ? Depuis la sortie de l’épreuve, j’entends des gens pérorer, de partout. "Oui… sujet classique. Pas d’problème… les élèves avaient tous les éléments appris durant l’année dans le programme…. et patati et patata". La vérité si j’mens, c’est hyper dur ce sujet. Il est bourré de pièges. D’abord, dans l’énoncé ; on parle de  "renoncer à la vérité", et non pas "à la recherche de la vérité". Donc, le sujet c’est : j’ai la vérité, et pof, j’y renonce ! Et non pas : je cherche la vérité, je ne la trouve pas, et je renonce à cette recherche. C’est finaud tout ca. Autre traquenard : Le  "Peut-on ?". Est-ce qu’on en a le droit d’y renoncer ? Mais aussi : est-il Possible de se détacher de la vérité ? Troisième obstacle : on ne parle pas d’Une vérité, mais de LA vérité. Donc de La vérité, en général. La vérité si j’mens, c’est super complexe. Et puis à y regarder de plus près, il est un peu… un peu… comment dire, un peu beta ce sujet non ? Renoncer à la vérité ? C’est balo non ? Et ben non, ce n’est pas balo.

D’après la vérité si j’mens du correcteur type sur internet, il fallait faire un plan en trois parties : 1. On ne peut pas renoncer à la vérité, parce qu’elle s’impose à nous. Par exemple, scientifiquement. 2. On ne peut pas, moralement, renoncer à la vérité, car elle relève du devoir de vérité, du devoir de mémoire. 3. On peut renoncer à la vérité, quand elle est douloureuse. Ah bon ? Comme ne pas dire à quelqu’un qu’il lui reste un an à vivre ? On peut faire ça ? Mais si tu lui dis pas, moralement c’est dégoûtant non ? Et si tu lui dis, alors, qu’en fait scientifiquement rien ne prouve à 100% que la personne aille mourir dans un an, ca fait quoi ? Pfff je ne m’en sors pas du tout.

En un mot : en fait, j’aurais pris l’autre sujet : la culture nous rend elle humains ? Ben évidemment, qu’elle nous rend humains, fastoche. Ah mais non, ce n’est pas ça le sujet. C’est "nous rend-elle PLUS humains ?". Tout est dans le PLUS. Damned. Oh et puis j’m’en fiche un peu. De toute façon, ils le donnent le Bac non ?    

Lors de l\'épreuve de philosophie du baccalauréat, à Cusset (Allier), en juin 2014.
Lors de l'épreuve de philosophie du baccalauréat, à Cusset (Allier), en juin 2014. (MAXPPP)