En direct du monde, France info

L’Argentine demande un prêt au FMI pour sortir de la crise économique

Le président argentin, Mauricio Macri, a demandé un prêt au Fonds monétaire international afin de sortir son pays de la crise économique. Une réunion doit avoir lieu aujourd’hui à Washington pour statuer sur ce plan d’aide.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Le logo du Fonds monétaire international (FMI).
Le logo du Fonds monétaire international (FMI). (JIM LO SCALZO / EPA)

L’Argentine se retrouve une nouvelle fois au coeur d'une crise économique. Arrivé au pouvoir en 2015, le président Mauricio Macri a lancé une politique d’ouverture en cherchant notamment des investisseurs étrangers et il a augmenté le prix des services. Mais, aujourd’hui, le déficit fiscal se creuse, la monnaie a été dévaluée et l’inflation explose. L’Argentine doit donc faire face à une fuite massive de capitaux. Pour tenter de sortir de cette mauvaise passe, le gouvernement argentin fait appel au Fonds monétaire international (FMI). Le président a demandé un prêt qui pourrait s’élever à 30 milliards de dollars selon les fonctionnaires du pays. Une réunion doit avoir lieu ce jeudi à Washington pour statuer sur le type de crédit accordé et son montant.

Une demande d’aide qui inquiète les Argentins

Refroidis par les précédents prêts octroyés par l’institution internationale, les Argentins craignent que ce nouveau plan d’aide s’accompagne de mesures d’austérité et augmente le chômage et la pauvreté. Depuis 1956, l’Argentine a signé 21 accords avec le FMI. Ce dernier a notamment soutenu les dictatures au pouvoir comme celle de Videla. Le dernier prêt contracté a débouché sur la crise de 2001. Cinq ans plus tard, en 2006, le président de l’époque Nestor Kirchner avait mis un point d’honneur à rembourser les dix milliards de dette au FMI. Un symbole d’indépendance pour le chef d’État. Autant de raisons qui poussent aujourd’hui la population à la méfiance.

Le logo du Fonds monétaire international (FMI).
Le logo du Fonds monétaire international (FMI). (JIM LO SCALZO / EPA)