En direct du monde, France info

En Inde, entre hausse de la démographie et urbanisation galopante, Faridabad se classe deuxième ville la plus polluée au monde

Cette banlieue industrielle et résidentielle de la capitale New Delhi est l'une des villes les plus polluées au monde, selon l'OMS. En cause : une forte croissance démographique.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une vue de Faridabad, à proximité de New Delhi (Inde) en avril 2015.
Une vue de Faridabad, à proximité de New Delhi (Inde) en avril 2015. (MONEY SHARMA / AFP)

Les 14 villes les plus polluées au monde se trouvent en Inde, selon le rapport publié le 2 mai par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), basé sur des relevés de pollution atmosphérique datant 2016. Si les grandes villes indiennes, comme la capitale New Delhi, ne figurent plus en haut de ce tableau morbide, ce n'est pas le cas des petites villes industrielles ou des cités satellitaires comme Faridabad, au nord du pays, qui grandit sans contrôle. Cette ancienne ville industrielle de la grande banlieue sud de New Delhi arrive à la deuxième place des villes les plus polluées au monde en particules fines, selon le classement de l'OMS.

Les usines défilent le long de l'autoroute qui relie Faridabad à la capitale. Certaines sont désaffectées, d'autres sont toujours en activité. De loin, on aperçoit surtout la très haute cheminée de la dernière centrale à charbon en fonctionnement de la région. Elle pollue l'air de cette zone. Depuis une dizaine d'années, New Delhi s'est étendue et Faribadad est devenue une banlieue résidentielle très recherchée. C'est l'une des villes de la planète qui connaît la plus forte croissance démographique. À présent, elle compte plus d'1,5 million d'habitants. 

Chantiers et poussière de sable

Pour accueillir toute cette population, il faut bâtir : des maisons s'élèvent et beaucoup de routes sont construites. Ces dernières années, au moins six ponts routiers ont été dressés le long des grands axes de Faridabad pour faciliter le trafic. Ces travaux nécessitent des tonnes de sable pour fabriquer le béton. Comme les chantiers sont mal isolés, du sable s'envole dans toute la ville avant de former des paquets le long des avenues.

Cette poussière est l'une des principales causes de la pollution atmosphérique de Faridabad. C'est ce qui en fait la deuxième ville la plus polluée du monde en particules fines. Les véhicules y contribuent également : leur nombre a explosé pour acheminer les habitants de plus en plus nombreux.

Multiplication des cas de tuberculose

Cet environnement d'urbanisation a malheureusement des effets sur la santé de ses habitants : "Le nombre de cas de tuberculose a été multiplié par cinq ou six en un an, indique Lokesh Garg, pneumologue à Faridabad. Avant, cette maladie affectait les populations pauvres et celles des campagnes. Maintenant, elle touche les habitants plus riches qui habitent dans des résidences. Cela doit être à cause la pollution."

Faridabad pourrait toutefois connaître une légère éclaircie. Sa centrale à charbon fermera le 31 juillet prochain grâce à la pression d'un nouveau comité de contrôle de la pollution dans la région de Delhi. D'autres organismes de régulation similaires devraient bientôt naître dans les villes indiennes de province où cette pollution atmosphérique est en train d'exploser.

Une vue de Faridabad, à proximité de New Delhi (Inde) en avril 2015.
Une vue de Faridabad, à proximité de New Delhi (Inde) en avril 2015. (MONEY SHARMA / AFP)