En direct du monde, France info

En direct du monde. Une clinique juridique aide les migrants au Nevada

Trois avocats professeurs de l’université du Névada aux Etats-Unis et leurs étudiants se mobilisent pour des migrants n’ayant pas les moyens de se payer un défenseur.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoEric SamsonRadio France

Mis à jour le
publié le

Des migrants interceptés dans l\'Etat de l\'Arizona (Etats-Unis).
Des migrants interceptés dans l'Etat de l'Arizona (Etats-Unis). (CHRIS WILKINS / AFP)

La seule clinique juridique spécialisée dans l’appui aux sans papiers existe dans l'Etat du Nevada, aux Etats-Unis. Trois avocats professeurs de l’université et leurs étudiants sont mobilisés pour des migrants n’ayant pas les moyens de se payer un défenseur et dont les histoires sont souvent tragiques.

C’est le cas par exemple d’un jeune hondurien que nous appellerons Josué. Âgé d’à peine 16 ans, Josué a été menacé par des gangs de rue connus comme les Maras. Ces derniers lui ont donné 48 heures pour les rejoindre sans quoi elles le tueraient. Josué n’a pas hésité et a entrepris dès le lendemain un voyage risqué de plusieurs mois vers les Etats-Unis sans avertir sa famille. Après une véritable odyssée, Josué a été capturé aux Etats-Unis et envoyé chez son oncle à Las Vegas qui a accepté de le recevoir. Josué a été défendu par la clinique de l’immigration. C’est un client parmi beaucoup d’autres, si l’on en croit le directeur de la clinique, l’avocat Michael Kagan. “Le lendemain de l’élection de Donald Trump, je me suis dit que le Névada allait être en première ligne, explique l'avocat. Dans cet Etat et en particulier à Las Vegas, nous avons l‘un des plus hauts pourcentages d’immigrants sans-papier parmi toutes les villes des Etats-Unis, environ 8 %. Sans oublier que 20 % de la population est d’origine étrangère."

Des professeurs plus que concernés

Le fonctionnement de cette université est simple ; c’est une classe où les étudiants s’inscrivent et recoivent une note. Les étudiants de cette clinique pour migrants en général ne sont pas là par hasard et leurs professeurs non plus d’ailleurs. L’une des professeurs de la clinique, Arlena Marrante, est américaine de parents mexicains. Elle n’avait donc pas de problèmes légaux mais ce n’était pas le cas de nombreux mexicains de sa communauté. Quand elle a commencé ses études de droit, elle s’est naturellement spécialisée dans le domaine de l’immigration pour les aider. 

Si le président américain a changé d’avis sur bien des sujets, il a été constant quant à l’immigration. Nous avons parlé à de nombreux sans-papiers, au Nevada comme en Arizona et il y a clairement des craintes dans la communauté latinoaméricaine. Obtenir des papiers est un processus long et compliqué, surtout pour les personnes qui ont déjà été expulsées et sont donc susceptibles d’être déportées dès leur arrestation. Ces personnes doivent aller travailler, faire leurs courses, très souvent elles ne peuvent renouveller leur permis de conduire et vivent donc dans un état de stress permanent. Il y a des cas de femmes sur le point d’être expulsées alors que leurs enfants resteront seuls aux Etats-Unis.

La clinique a également un programme spécial pour tous les enfants mineurs. Aux Etats-Unis, ces enfants peuvent être jugés sans présence d’un avocat, d’où l’importance de l’aide que leur apporte les professeurs et étudiants de l’université du Névada.

 

 

Des migrants interceptés dans l\'Etat de l\'Arizona (Etats-Unis).
Des migrants interceptés dans l'Etat de l'Arizona (Etats-Unis). (CHRIS WILKINS / AFP)