En direct du monde, France info

Aux Etats-Unis, aller couper soi-même son sapin de Noël en forêt, c'est possible et même encouragé !

C’est une activité à faire en famille, explique le service national en charge des forêts. Mais c’est aussi une manière de lutter contre les incendies en limitant la surpopulation d’arbres quand une forêt est trop dense. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Une forêt d\'Epicéa dans le Colorado, aux États-Unis. Photo d\'illutsration.
Une forêt d'Epicéa dans le Colorado, aux États-Unis. Photo d'illutsration. (JOHN SHAW / MAXPPP)

Aux États-Unis, le service national en charge des forêts incite le public à aller dans les bois pour y couper son propre sapin de Noël. C’est une activité à faire en famille, explique l’agence fédérale. Mais c’est aussi une manière de lutter contre les incendies en limitant la surpopulation d’arbres quand une forêt est trop dense. Rien qu’en Californie, les incendies ont ravagé plus d’un million et demi d’hectares cette année. Un record. Donc toutes les stratégies sont bonnes à prendre.

Ce qu’on explique aussi au US Forest Service, l’office national des forêts, c’est qu’avec moins d’arbres, il y a moins de compétition pour la lumière du soleil, ce qui profite à toute la flore et donne une forêt plus saine. "Avec le réchauffement climatique et les gens qui vivent de plus en plus près des bois, il est plus important que jamais de maintenir nos forêts dans de bonnes conditions et ce programme, c’est une façon pour le public d’y contribuer", explique Al Remley, de l’US Forest Service.

Des règles à respecter

Plus de 80 forêts nationales participent à ce programme. Mais attention, l'activité est réglementée. Des experts préparent en effet une carte pour désigner les zones. Il faut aussi un permis. Forest Service en vend environ 200 000 par an, souvent à partir de Thanksgiving fin novembre. Il coûte entre 5 et 25 dollars en fonction de la forêt concernée et cette année, à cause du coronavirus, on peut l'acheter en ligne. 

Il y a aussi des consignes à respecter avant d'aller couper son arbre : diamètre maximum de 15 centimètres, l’arbre ne doit pas dépasser six mètres de haut. On peut couper du pin, du cèdre et du sapin bien sûr mais pas du chêne. Et puis, ne pas couper d’arbre près des zones d’eau, rivières ou lacs parce que l’environnement y est plus fragile qu’ailleurs.

Ne s'invente pas bûcheron qui veut

Reste ensuite à savoir comment s'y prendre ! Mieux vaut suivre les nombreux conseils des services forestiers. Des choses toutes bêtes comme bien se couvrir, garder de l’eau avec soi, tenir informé un proche de l’endroit où on compte se rendre en cas de réseau téléphonique défaillant. Ça arrive au milieu de la nature. Mais aussi des choses auxquelles un citadin ne penserait pas forcément, par exemple vérifier que des insectes ne se cachent pas dans les branches ou penser à amener une bâche pour tirer l’arbre à travers la forêt. 

"On préfère que les gens ne s’aventurent pas en voiture en forêt, explique Al Remley. Pour des raisons environnementales d’abord. Et aussi parce que beaucoup n’ont pas les véhicules adaptés. Ils peuvent tomber en panne ou se retrouver coincés au milieu de nulle part. Et là, alors que vous essayez de vivre un beau moment en famille, vous finissez dans une situation plus stressante", prévient l'agent fédéral des forêts. Et, dernier conseil, ne cherchez pas à jouer au bûcheron avec une hache. "Choisissez la scie, c'est plus simple et plus sûre", souligne Al Remley.

Une forêt d\'Epicéa dans le Colorado, aux États-Unis. Photo d\'illutsration.
Une forêt d'Epicéa dans le Colorado, aux États-Unis. Photo d'illutsration. (JOHN SHAW / MAXPPP)