En direct du monde, France info

Au Mexique, la prison la plus incontrôlable du pays fermée pour devenir un musée

Topo Chico, à Monterrey, au Mexique, était une prison où le cartel des Zetas faisait la loi. Les derniers détenus ont quitté les lieux le 30 septembre.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Les derniers jours dans la prison de Topo Chico au Mexique.
Les derniers jours dans la prison de Topo Chico au Mexique. (MIGUEL SIERRA / EFE)

Depuis le 30 septembre, l'une des prisons les plus dangereuses du Mexique a été fermée pour devenir un musée. Située à Monterrey, Topo Chico était un établissement où le cartel des Zetas faisait la loi. Les derniers détenus ont été transférés vers d’autres prisons, mais la domination du crime organisé au sein de l'établissement a laissé de nombreux vestiges.

Cellules VIP pour les narcos, caches d’armes, les observateurs d’ONG qui ont pu visiter cette prison en ont fait une description effroyable. Les rapports des observateurs correspondent parfaitement à la légende sombre de Topo Chico. Un bâtiment sinistre, vétuste, avec des espaces aménagés par le crime organisé comme la cellule du chef du cartel : jacuzzi, sol en marbre et écrans de télévision connectés aux caméras de sécurité, pour suivre en temps réel tout ce qu'il se passe dans la prison.

Autour de cette cellule, il y avait celles de ses collaborateurs et de ses gardes du corps, avec une hiérarchie criminelle qui prévalait sur celle de la prison. Ces espaces aménagés comprenaient également un bar, des restaurants et des caches contenant de la drogue et des armes.

Aussi, les observateurs décrivent des chapelles dédiées à la Santa Muerte, un culte très pratiqué dans les prisons et un autel avec des offrandes dédiées au "Lazca", un ancien chef des Zetas, mort en 2012.

Une mutinerie géante en 2016

À l’intérieur des murs de la prison, la violence règne. Elle atteint son apogée en 2016, avec le massacre d'une cinquantaine de détenus. Plusieurs groupes des Zetas se battent alors pour le contrôle de la prison. À partir de ce moment-là, les autorités décident de mettre fin à l’autogouvernement de Topo Chico et transfèrent, progressivement, les 3 000 détenus vers d’autres prisons.

Désormais, les groupes rivaux sont répartis dans des centres pénitentiaires différents afin d’éviter les affrontements. Mais, en général, les prisons du nord du Mexique sont réputées pour être des bases d’opération des cartels, qui commanditent leurs crimes à partir de ces endroits.

L'ancienne prison ouverte au public

Le gouverneur de l'Etat du Nuevo Leon a le projet d’ouvrir l'établissement au public dans les prochains jours. La prison pourra se visiter comme un musée, avec une exposition sur la vie carcérale, qui devrait dissuader les jeunes d’opter pour une carrière criminelle, selon le gouverneur.

Durant ses sept décennies d’histoire, Topo Chico a hébergé des détenus célèbres, comme le docteur Alfredo Balli Treviño qui a inspiré à l’écrivain Thomas Harris le personnage d’Hannibal Lecter.

Avant l’ouverture au public, les autorités ont annoncé qu’elles devraient encore explorer les lieux méticuleusement : elles soupçonnent l’existence de fosses clandestines creusées au sein de la prison, où pourraient être enterrées des victimes des cartels. Ce ne serait pas la première fois que se produit une telle découverte dans une prison mexicaine.

Les derniers jours dans la prison de Topo Chico au Mexique.
Les derniers jours dans la prison de Topo Chico au Mexique. (MIGUEL SIERRA / EFE)