En direct du monde, France info

À Bagdad, les sports nautiques se développent grâce à des jeunes passionnés et débrouillards

La capitale irakienne s'est récemment dotée d'un club de nautisme sur les bords du Tigre où s'entraîne la jeune Fédération nationale. Malgré son modeste budget, il espère envoyer ses membres s'entraîner à l'étranger et même rapidement les qualifier pour des compétitions mondiales. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Des membres de la Fédération irakienne de voile sur les berges du Tigre, à Bagdad, le 15 octobre 2020.
Des membres de la Fédération irakienne de voile sur les berges du Tigre, à Bagdad, le 15 octobre 2020. (SABAH ARAR / AFP)

Difficile d'imaginer Bagdad comme un lieu de détente et de loisirs et pourtant, sur les bords du Tigre, le fleuve qui traverse la capitale irakienne, de plus en plus d'activités aquatiques font leur apparition.

Juste à côté de quartiers qui portent encore les stigmates des récents conflits en Irak, se tient désormais un club sportif qui propose des cours de planche à voile, de voiliers, de jet ski. Une soixantaine de personnes se sont déjà inscrites dont une petite quinzaine qui s'entraînent chaque jour, totalement enjouées, comme Mohammed, 19 ans : "Avant il y avait la guerre mais maintenant la sécurité s'est améliorée ici, on peut pratiquer, s’entraîner. C'est génial, j'adore, je suis totalement tombé amoureux de ce sport !" Et pour ceux qui en douteraient : oui, il y a un peu de vent à Bagdad, parfois même jusqu'à 30km/h, suffisant en tout cas pour pratiquer le nautisme.

Le rêve de partir s'entraîner à l'étranger

Le gouvernement irakien a-t-il les moyens de soutenir ces jeunes sportifs ? Il y a bien une Fédération irakienne des sports nautiques mais son budget est très maigre. "La plupart de ces équipements datent des années 1970. Avec notre budget on ne peut pas s'acheter de nouveaux équipements, ça coûte beaucoup trop cher, explique l'entraîneur officiel du club. Et le soutien financier qu'on reçoit est vraiment très faible." 

Juste pour vous donner une idée : un bateau à voile neuf coûte quand même 10 000 dollars. Pas de quoi décourager le club de voile de Bagdad pour autant. Ce sont de vrais passionnés, prêts à investir pour leur sport. Ils ont donc acheté cinq bateau à voile et en ont construits eux-mêmes cinq autres. Un équipement suffisant pour leur petit club qui espère bien envoyer ses membres s'entraîner dans d'autres pays arabes et même rapidement les qualifier pour des compétitions mondiales.  

Des membres de la Fédération irakienne de voile sur les berges du Tigre, à Bagdad, le 15 octobre 2020.
Des membres de la Fédération irakienne de voile sur les berges du Tigre, à Bagdad, le 15 octobre 2020. (SABAH ARAR / AFP)