Quel juge dans les tribunaux de nos chansons ?

Alors que le ministre de la Justice a présenté cette semaine son projet de loi organique sur le statut de la magistrature, revenons sur la manière dont notre culture populaire décrit et considère les juges.
Article rédigé par Bertrand Dicale
Radio France
Publié
Temps de lecture : 5 min
L'image du juge dans la chanson française n'est pas toujours la meilleure qui soit. (Illustration) (RICHARD VILLALON / MAXPPP)

Dans cette chanson, il y a sans doute quelque chose de très partagé chez les Français. C’est une vénérable relique : un disque de Daniel Vangarde en 1975, avant qu’il ne soit le producteur à succès des groupes Ottawan, Gibson Brothers ou la Compagnie Créole. Une vision d’un juge qui rend ses décisions sous l’influence d’une subjectivité dangereuse pour la justice elle-même. Sans doute entendra-t-on ce genre d’argument dans les débats sur le projet de loi organique portant sur le statut de la magistrature, présenté en conseil des ministres cette semaine en conseil des ministres – nous vous en avons parlé sur France Info. D’ailleurs, cette réforme répondra-t-elle à toutes les questions que se pose le justiciable devant la justice ?

Dans l'épisode de Ces chansons qui font l’actu diffusé ce dimanche, vous entendez des extraits de :

Daniel Vangarde, Comme le juge, 1975

Gilbert Bécaud, Le Condamné, 1961

Edith Piaf, C'est d'la faute à tes yeux, 1950

Ringo, Juges, 1972

Edith Piaf, C'est d'la faute à tes yeux, 1950

Ringo, Juges, 1972

Booba, Boîte vocale, 2006

113, Les Princes de la ville, 1999

Fonky Family, Mystère et suspense, 2001

Maxime Le Forestier, Le Juge et sa blonde, 2008

Julien Clerc, Le Juge et sa blonde, 2008

Julien Baer, Juger un homme, 1999


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Et vous pouvez aussi retrouver sur ce lien le podcast Derrière nos voix, avec les secrets d'écriture et de composition de huit artistes majeurs de la scène française, Laurent Voulzy, Julien Clerc, Bénabar, Dominique A, Carla Bruni, Emily Loizeau, Juliette et Gaëtan Roussel.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.