Présidentielle 2022 : comment ne pas en parler (aujourd'hui seulement)

écouter (5min)

En cette veille d'élection, les radios ne peuvent rien diffuser aujourd'hui qui puisse s'apparenter à un appel au vote pour l'un ou l'autre des deux candidats au second tour de l'élection présidentielle. Heureusement, la chanson nous aide à tenir notre langue...

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
On ne dit rien aujourd'hui. En cette veille d'élection, les règles qui s’appliquent aux médias audiovisuels sont d’une clarté parfaite.  (PETER DAZELEY / THE IMAGE BANK RF / GETTY IMAGES)

Anne Sylvestre, toujours secourable, nous fournit des thèmes alternatifs pour cette journée assez étrange pour une radio d’information : tout le monde pense au second tour de l’élection présidentielle mais les règles qui s’appliquent aux médias audiovisuels sont d’une clarté parfaite : rien ne doit être dit ou diffusé qui pourrait, de près ou de loin, ressembler à l’expression d’une préférence pour l’un ou l’autre candidat en lice, pour le vote de demain. Donc la chèvre et les roses, l’automne et le bois de chauffage, ça peut aller.

Et l’histoire de la chanson nous propose quelques bijoux sur le fait de parler d’autre chose, à commencer par un titre de Lucienne Boyer. Vous savez, c’est elle qui a enregistré Parlez-moi d’amour, le premier succès mondial pour un disque en langue française. Un succès tellement énorme qu’elle a fini par demander qu’on lui écrive Parle-moi d’autre chose.

Dans le premier épisode de Ces chansons qui font l’actu ce week-end, vous entendez des extraits de :      

Anne Sylvestre, Java d'autre chose, 1975

Lucienne Boyer, Parle-moi d'autre chose, 1933

Jean-Yves Labat, Pour ne rien dire, 1965

Calico, Sans rien dire, 2000

Louis Garrel, Clotilde Hesme, Il faut se taire, 2007

Positive Radical Sound, Mieux vaut se taire, 2008

Marc Ogeret, Se taire, 1976

Évasion, Quand on n'a rien à dire, 2002

Jean-Louis Murat, On ne peut rien en dire, 2006


Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter.

Souvenez-vous : pendant l'été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d'une autrice, compositrice et interprète considérée comme l'arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chansonexploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson françaisecoédité par Plon et franceinfo. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.