Ces chansons qui font l'actu, France info

Ces chansons qui font l'actu. Le cannibalisme est-il de gauche ?

L'affaire Armie Hammer, aux États-Unis, nous invite à explorer le fantasme de l'anthropophagie - partagé par Jean Ferrat, Béranger ou Sarclo avec une vision "progressiste". Mais le cannibale est aussi un personnage de l'imaginaire colonial.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Illustration d\'un géant se nourrissant d\'êtres humains, son chien espère avoir quelque rebus. Gravure tirée de \"Merry Conceits and Whimsical Rhymes\", écrit et dessiné par Charles H.Ross. 
Illustration d'un géant se nourrissant d'êtres humains, son chien espère avoir quelque rebus. Gravure tirée de "Merry Conceits and Whimsical Rhymes", écrit et dessiné par Charles H.Ross.  (WHITEMAY / DIGITAL VISION VECTORS / GETTY IMAGES)

"On va vous expliquer pourquoi il faudrait manger les bourgeois", nous propose le chanteur suisse Sarclo. L’idée est politique, nous dit-il et – honnêtement – il n’y a pas de quoi en frémir, ni même se sentir menacé. La dernière fois que le cannibalisme a eu un rôle politique, c’était en Chine pendant la révolution culturelle et ces excès-là avaient été châtiés, avait-on su à l’époque. Mais il reste que l’on se sent un drôle de frisson.

Et ce qui est arrivé cette semaine à l’acteur Armie Hammer relève de cette répulsion-là. Il devait commencer à tourner un long métrage avec Jennifer Lopez quand ont émergé sur les réseaux sociaux des conversations privées dans lesquelles il étalait des pulsions cannibales suffisamment inquiétantes pour qu’il décide – de son plein gré, nous assure-t-on – de renoncer à quatre mois et demi de tournage en République dominicaine.

Parce que là, on n’est pas dans une affaire #metoo ou dans la révélation d’un scandale sexuel passé, personne n’allègue aucun fait réel concernant Armie Hammer ; il n’y a que l’étalage d’une galerie de fantasmes d’anthropophagie – l’arrière-boutique psychiatrique d’un acteur américain...

Dans le second épisode de Ces chansons qui font l’actu diffusé ce week-end, vous entendez des extraits de :

Sarclo, Les Riches, 1996

Jean Ferrat, Pauvre Boris, 1966

Béranger, Dure-mère, 1991

Jean Piero, Les Cannibales, 1998

Pascal Parisot, Les Cannibales, 2019

Serge Gainsbourg, Mambo miam miam, 1959

Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

Souvenez-vous : pendant l'été 2019, La Playlist de Françoise Hardy a été une traversée du bagage musical d'une autrice, compositrice et interprète considérée comme l'arbitre des élégances de la pop en France.

En juillet et août 2017, nous avions passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidés dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chansonexploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson françaisecoédité par Plon et franceinfo. 

Illustration d\'un géant se nourrissant d\'êtres humains, son chien espère avoir quelque rebus. Gravure tirée de \"Merry Conceits and Whimsical Rhymes\", écrit et dessiné par Charles H.Ross. 
Illustration d'un géant se nourrissant d'êtres humains, son chien espère avoir quelque rebus. Gravure tirée de "Merry Conceits and Whimsical Rhymes", écrit et dessiné par Charles H.Ross.  (WHITEMAY / DIGITAL VISION VECTORS / GETTY IMAGES)