Ces chansons qui font l'actu, France info

Ces chansons qui font l'actu. Ambiguïtés culturelles franco-africaines

L'Afrique que vient de visiter le président Macron a laissé une profonde empreinte dans notre imaginaire collectif. Non sans ambivalences...

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
Bertrand DicalefranceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Lorsque la France a décolonisé, \"Le Chant des Africains\" a été interdit de radiodiffusion... mais a continué à être chanté en Afrique. 
Lorsque la France a décolonisé, "Le Chant des Africains" a été interdit de radiodiffusion... mais a continué à être chanté en Afrique.  (RADIO FRANCE)

Certes, on n’a pas attendu le voyage d’Emmanuel Macron dans plusieurs pays africains pour se débarrasser, par exemple, du vieil héritage colonial de La Cabane Bambou, chanson créée par Félix Mayol en 1900.

Mais plusieurs des discours du Président et surtout l’annonce de la restitution d’œuvres d’art africaines à leurs pays d’origine, relancent la réflexion sur ce qu’il reste de la colonisation. Des statues africaines dans des musées, mais quoi d’autre ? Si l’on se penche sur notre culture populaire, on trouve évidemment les traces de ce que fut la domination coloniale française sur une bonne partie du continent. Et cela en dit long, non seulement sur la situation, là-bas en Afrique, mais aussi ici en France métropolitaine, où l’on rêvait d’une façon particulière aux colonies...

Dans le premier épisode de cette chronique ce week-end, vous entendez des extraits de :  

Mayol, A la cabane bambou, 1900 (enregistrement de 1905)

Fernandel, Dans la brousse (BOF  Emile l'Africain), 1948

Jean Ferrat, A moi l'Afrique, 1972

Daniel Balavoine, Pour la femme veuve qui s'éveille, 1983

Miriam Makeba, Umqokozo, 1960

Serge Gainsbourg, Pauvre Lola, 1964

Les acteurs du film Indigènes, Chant des Africains,  cérémonie de clôture du festival de Cannes 2006

Charles Roeder, Les Africains, 1958

Voir la vidéo
Francetv info / France 2

Le 14 juillet 2013, l'armée malienne défile sur les Champs-Elysées sur le "Chant des Africains" (à 1'12). 



Vous pouvez également suivre l'actualité de cette chronique sur Twitter. 

En juillet et août dernier, nous avons passé Un été en Souchon, pendant lequel Alain Souchon nous a guidé dans une promenade savoureuse dans toute une vie d’amour de la chanson.  

Tout l’été 2016, en compagnie de Vincent Delerm, nous avons baguenaudé dans La Playlist amoureuse de la chanson, exploration buissonnière du patrimoine populaire. Vous pouvez également prolonger les gourmandises de cette chronique d’été avec le Dictionnaire amoureux de la chanson française, coédité par Plon et franceinfo. 


Pour les professeurs, lycéens et collégiens, franceinfo et l’Éducation nationale ont créé ensemble un site où vous pouvez trouver une centaine de chroniques sur des chansons chargées d’histoire, Ces chansons qui font l'histoire. 

Lorsque la France a décolonisé, \"Le Chant des Africains\" a été interdit de radiodiffusion... mais a continué à être chanté en Afrique. 
Lorsque la France a décolonisé, "Le Chant des Africains" a été interdit de radiodiffusion... mais a continué à être chanté en Afrique.  (RADIO FRANCE)