Ces applis qui ont changé nos vies. X (ex-Twitter), le réseau social "de la haine" ?

Chaque jour cet été, franceinfo vous présente une application qui a changé vos vie ou vos habitudes. Vendredi 11 août : place à X, nouveau nom de Twitter, qui a beaucoup fait parler d'elle depuis son rachat par Elon Musk, en octobre 2022.
Article rédigé par Sarah Calamand
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Ces applis qui ont changés nos vies : Twitter (FRANCEINFO)

Quoi de plus inoffensif que cette application de "microblogging" qui, dès 2006, permet de publier des messages de maximum 140 caractères ? Pourtant, en 2023, "sur Twitter, il y a trop de vidéos violentes, c'est un peu le réseau de la haine, décrit Anaïs, professeure de 23 ans plutôt accro aux réseaux sociaux normalement. C'est très virulant quand-même, ça manque de censure", estime-t-elle. 

>> Retrouvez tous les épisodes de "Ces applis qui ont changé nos vies" ici

L'application présente tout de même un avantage : "sur les infos en direct, c'est super !", nuance donc Anaïs. 

"Sur l'histoire du tremblement de terre [du 16 juin dans l'ouest de la France, ndlr], on va sur Twitter, on recherche et on sait ce qu'il se passe, c'est immédiat !"

Anaïs, 23 ans

à franceinfo

Twitter, désormais renommé X, a permis en effet une petite révolution dans le monde de l'information. En 2009, un certain Janis Krums poste sur le réseau social la photo d'un avion venant d'amérir dans le fleuve Hudson, aux Etats-Unis. L'américain était simplement au bon endroit au bon moment, mais cette photo a été la première de l'évènement , cette fois, l'information n'a pas émergé via les médias traditionnels, mais via un citoyen. 

L'ère Elon Musk

En octobre 2022, Twitter est racheté par le patron de Tesla et de SpaceX. Elon Musk n'a qu'un concept en bouche concernant Twitter : la liberté d'expression. "Elle n'est pertinente que si les gens sont autorisés à dire des choses que vous n'aimez pas, parce que sinon ce n'est pas de la liberté d'expression, défendait le multimilliardaire au salon Vivatech à Paris, en juin dernier. "Je considère que si quelqu'un dit quelque chose de potentiellement offensant, c'est en fait acceptable."

"Nous n'allons pas promouvoir ces tweets offensants, mais je pense que les gens devraient pouvoir dire des choses, car l'alternative est la censure."

Elon Musk, PDG de Twitter

lors du salon Vivatech 2023, à Paris

La lutte contre la désinformation n'est donc pas la priorité d'Elon Musk. Pour preuve, certaines certifications sont désormais payantes, à l'instar de la fameuse pastille bleue, créée pour garantir l'identité du détenteur du compte. Aujourd'hui, n'importe qui peut se l'offrir.

Fin juillet 2023, le logo de l'appli se transforme : fini l'oiseau bleu maintenant remplacé par un "X" blanc sur fond noir. Derrière ce changement de nom, l'entreprise souhaite faire évoluer la plateforme grâce à l'intelligence artificielle, pour y inclure de l'audio, davantage de vidéos et des services de paiements. 

>> Quatre questions sur X, la plateforme à "l'interactivité illimitée" qu'Elon Musk promet à la place de Twitter

La tendance est tout de même à la régulation des réseaux sociaux, notamment au sein de l'Union Européenne. Fin août 2023, le Digital Service Act, une nouvelle loi de contrôle des contenus en ligne doit entrer en vigueur. Le commissaire européen Thierry Breton prévient : Twitter doit renforcer ses effectifs et ses moyens technologiques pour s'y conformer, sous peine, en cas d'infractions répétées, de se voir interdire en Europe.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.