Quatre questions sur X, la plateforme à "l'interactivité illimitée" qu'Elon Musk promet à la place de Twitter

Le réseau social a changé de nom et ambitionne de fonctionner grâce à l'intelligence artificielle. Ses équipes dirigeantes entendent également allier audio, vidéo, messagerie et paiements bancaires.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 7 min
Le réseau social Twitter est devenu X, le 24 juillet 2023. (CHRIS DELMAS / AFP)

Adieu oiseau bleu, bonjour lettre X. Elon Musk a rebaptisé "X" le réseau social Twitter, lundi 24 juillet. Il s'agit du dernier changement en date pour la plateforme aux 200 millions d'utilisateurs depuis son rachat par le milliardaire américain. La veille, l'homme d'affaires avait modifié sa photo de profil pour la remplacer par le nouveau logo, décrit comme "minimaliste art déco". "Nous dirons bientôt 'adieu' à la marque Twitter et, progressivement, à tous les oiseaux", avait-il tweeté, à la surprise générale. Le patron de Tesla et cofondateur d'Ebay a ensuite justifié son choix en avançant que le X permettait d' "incarner les imperfections en nous tous, qui nous rendent uniques".

Ce changement est loin d'être seulement cosmétique, promet Linda Yaccarino. Selon la directrice générale de l'entreprise, X est amené à devenir une sorte de super-plateforme, qui fonctionnera grâce à l'intelligence artificielle (IA), et offrira des services audio, vidéo ou encore la possibilité d'effectuer des paiements en ligne. Sans surprise, plusieurs usagers ont critiqué cette transformation et se sont interrogés sur la faisabilité de ces promesses. Explications.

1 Quels changements ont été mis en place ?

Le logo de la 24e lettre de l'alphabet a remplacé l'historique oiseau bleu sur le site de Twitter, dont l'adresse reste à ce jour Twitter.com. Sur l'application mobile, aucun changement n'a été effectué pour le moment, et l'ancien logo est toujours affiché. L'adresse X.com, elle, redirige désormais vers Twitter.com.

Contrairement au logo de Twitter, qui avait été conçu par trois designers, le logo X a été proposé par Sawyer Merritt, qui se présente comme un investisseur de Tesla, détaille le site Frandroid, spécialisé dans l'actualité du numérique. Il s'agit d'une version légèrement modifiée de la lettre X présente dans la police de caractères Special Alphabets 4, vendue par l'entreprise Monotype. 

Le choix de ce nom ne doit rien au hasard, tant la lettre X est au cœur de tous les projets d'Elon Musk. En 1999, il imagine le site X.com, avec l'ambition de révolutionner la finance. Cette marque finira par disparaître lors de la fusion avec l'un de ses concurrents pour devenir Paypal, rappelle Numerama. En 2002, Elon Musk crée SpaceX, l'entreprise spécialisée dans le vol spatial, puis annonce en 2012 le lancement du modèle de voiture électrique Tesla Model X. Plus récemment, le milliardaire a créé une entreprise d'intelligence artificielle baptisée xAI, et a renommé Twitter inc, l'entreprise qui possède Twitter, X Corp. Sans oublier la naissance en 2020 de son fils X Æ A-XII, dont le surnom est "X".

2Pourquoi ce changement de nom est-il critiqué ?

De nombreux internautes ont souligné des problèmes de cohérence dans la mise en page. Sur le site internet, le logo X est bien présent, mais les mots "Twitter", "Tweet" et "Tweeter" n'ont pas disparu.

Les usagers de Twitter, les "twittos", ne sachant plus comment s'appeler, ont plaisanté au sujet de la lettre X, désignant la pornographie. "J'arrête d'être un twittos, je suis une star du X", a ainsi écrit l'un d'entre eux. Des marques, équipes sportives ou ONG ont également profité de ce changement de nom pour faire passer leur message. "L'iconique oiseau de Twitter n'est pas le seul en voie de disparition", écrit par exemple l'organisation environnementale WWF.

Plusieurs spécialistes ont en outre critiqué le choix stratégique fait par le milliardaire. Lorsque des marques deviennent des verbes, comme "tweeter", c'est le "Saint Graal", a par exemple expliqué au New York Times Mike Proulx, vice-président de Forrester, un cabinet de recherches sur les nouvelles technologies. "L'application elle-même [était] devenue un phénomène culturel (…) D'un seul coup, Elon Musk a effacé 15 ans de valeur de la marque Twitter et repart pratiquement de zéro", se désole cet expert.

Ces remarques n'ont visiblement pas refroidi Elon Musk. Dans un message publié sur sa plateforme, le milliardaire a expliqué que les tweets seraient appelés "X" mais que le verbe qui remplacerait "retweeter" n'avait pas encore été défini. "Le concept entier devra être repensé", a-t-il exposé.

Imposer le nom de X consiste à vouloir mettre au goût du jour "un plan vieux de 23 ans qui n'a pas fonctionné à l'époque et qui est aujourd'hui mis en œuvre dans une position de marché plus défavorable", analyse auprès de Wired David Shrier, professeur d'IA à l'Imperial College Business School à Londres, alors qu'X est confronté à une myriade d'applications concurrentes, dont le nouveau venu créé par Meta, Threads.

Face à ces commentaires, le fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a temporisé. "Keep calm and just go through X [en français, 'Restez calme et passez par X''] ", a-t-il tweeté. Pour lui, le changement de nom n'est pas "essentiel" à la refonte du réseau. "Tout ce qui compte, c'est l'utilité qu'elle fournit, pas le nom." "Un changement de nom peut signaler une évolution stratégique, moderniser une marque ou aider à sortir d'une crise d'image", tempère auprès de l'AFP Vanitha Swaminathan, professeure de marketing à l'université de Pittsburgh. Cela pourrait offrir "un nouveau départ" au réseau social, "mais il faut que cela soit suivi de mesures spécifiques qui montrent qu'il se passe effectivement quelque chose".

3Quelles sont les ambitions d'Elon Musk à travers X ?

Si les modifications actuellement visibles sont essentiellement cosmétiques, les équipes dirigeantes de Twitter promettent que X sera, à terme, une véritable révolution. "Fonctionnant par IA, X nous connectera d'une manière que nous commençons à peine à imaginer", a détaillé la nouvelle directrice générale de l'entreprise, Linda Yaccarino, sur Twitter. "X est l'état futur de l'interactivité illimitée – centrée sur l'audio, la vidéo, la messagerie, les paiements/la banque – créant un marché mondial pour les idées, les biens, les services et les opportunités", a-t-elle ajouté.

"Il n'y a absolument aucune limite à cette transformation. X sera la plateforme qui pourra fournir, eh bien... tout !"

Linda Yaccarino, directrice générale d'X

sur Twitter

Cette promesse se base sur le modèle WeChat, l'application chinoise du groupe Tencent qui regroupe le réseau social TikTok, de la vidéo, du commerce et des paiements en ligne, relève Le Monde. En octobre 2022, lorsqu'il avait racheté Twitter, Elon Musk avait d'ailleurs renforcé la place de la vidéo sur Twitter en s'inspirant de TikTok. Le réseau a également commencé à partager ses revenus publicitaires avec des créateurs de contenus, dans l'espoir d'attirer les influenceurs plutôt présents sur Instagram, TikTok ou YouTube.

4 Ce nouveau modèle a-t-il une chance de voir le jour ?

Pour plusieurs observateurs, X a peu de chance d'atteindre ses promesses. Pour devenir une "super-application", X devra créer une nouvelle infrastructure de technologie financière, qui devra être conforme aux différentes réglementations instaurées par les Etats. Le réseau devra en outre convaincre les usagers ayant quitté la plateforme depuis le rachat d'Elon Musk de revenir, tout comme les annonceurs, résume Wired.

"Honnêtement, je ne pense pas que cela ait la moindre chance de devenir réalité", a déclaré une analyste auprès du site spécialisé. "Les obstacles réglementaires sont de taille et je pense que les gouvernements s'opposeront à toute tentative de les contourner." S'il compte toutefois faire face à ces obstacles, Elon Musk devra embaucher de nombreux experts. Or, l'entreprise a licencié 80% de ses employés, a souligné le milliardaire auprès de la BBC.

En raison des modifications de la politique de modération des contenus au nom de la liberté d'expression, de nombreux annonceurs ont quitté la plateforme. En France, l'Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique a précisé que Twitter n'employait plus que 149 modérateurs en Europe. Et elle a fait part de sa "grande vigilance" sur la capacité de X à remplir ses obligations, rapporte Le Monde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.