France Miniature : un parc de 117 maquettes des principaux monuments de notre pays à Elancourt dans les Yvelines

écouter (308min)

Ça pourrait être une devinette. Quel est l'endroit où vous pouvez embrasser d'un même regard le port de Saint-Tropez, la cathédrale d'Albi, le château de Chambord et la place de la Concorde ?

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
France Miniature : un parc de miniatures situé à Élancourt, dans les Yvelines.  (FRANCE MINIATURE)

Fabrice Lallour, directeur général du parc France Miniature est l'invité de Ça nous marque. Un parc qui fête ses 30 ans et qui propose à ses visiteurs de se promener dans une carte de France de près de cinq hectares où ils découvriront 117 maquettes des principaux monuments de notre pays. France Miniature se trouve à Élancourt, dans les Yvelines. Elle accueille près de 200 000 visiteurs chaque année. Un parc créé en 1991. 

franceinfo : France Miniature est la propriété du groupe La Compagnie des Alpes. Quelle est l'idée au départ ? 

Fabrice Lallour : Alors l'idée en revient à deux personnes, l'un était passionné de trains miniatures et le second était passionné d'architecture et d'Histoire de France et tous les deux se sont associées pour créer ce parc. Le concept, s'est largement inspiré d'un parc de Madurodam situé à La Haye qui existe depuis près de 50 ans qui représentait les Pays-Bas en miniatures. 

Alors il y a évidemment le choix des monuments qui ne peut pas être exhaustif, pas de monuments niçois ou bordelais, pas de cathédrale de Strasbourg, beaucoup de plaintes ? 

Le parc a évolué parce que tous ces territoires étaient représentés. La cathédrale de Strasbourg, notamment, était présente sur le parc. Il y a quelques années de ça. Mais Il faut faire des choix, des arbitrages en effet, puis faire évoluer le parc. Il n'est pas possible de représenter tout le patrimoine français parce qu'il est vraiment très, très riche. Et la carte est contrainte par ses cinq hectares de territoire. 

Paris est tout de même sur représenté avec huit monuments. Notre-Dame est là, avec sa flèche, vous n'avez pas pensé à la réactualiser en y mettant le feu ? 

C'est une question qui nous est souvent posée : savoir comment on réactualise les monuments, et on est forcé de s'adapter. Si la flèche avait dû être modifiée par les architectes, puisqu'il en a été question pendant un temps après l'incendie, nous aurions dû nous corriger également.

De nouveaux monuments qui apparaissent. En 1997, vous avez rajouté le Stade de France ? 

Le Stade de France, qui a été d'ailleurs le seul monument installé sur le parc avant le vrai monument. Et pour cause, les autres ont quelques centaines d'années. C'était plus simple de le représenter avant le vrai.

Quel est le profil de vos visiteurs ? 

C'est avant tout des familles avec enfants. Beaucoup de scolaires également puisqu'on est très pédagogique et ludique et des Français essentiellement. On ne compte que 3% de visiteurs étrangers, sinon essentiellement des Français et beaucoup de Franciliens.

France Miniature, c'est clairement aussi un parc pour les enfants. Vous avez rajouté des attractions, une franchise, Fort Boyard et même Koh-Lanta. C'est absolument nécessaire ? 

C'est nécessaire. Il faut se renouveler. Il faut apporter du ludique pour apporter également de l'expérience à partager en famille. On fait en sorte, tous les deux ans, d'apporter une nouveauté majeure sur le parc. C'est énormément d'entretien parce que ce sont 117 monuments, en extérieur, qui souffrent des intempéries. Ce qui dégrade davantage nos monuments, c'est le soleil qui les lave, les affadit. Et puis le parc, c'est également un jardin. Il y a énormément de travail aussi de ce côté-là. 

C'est quand même compliqué de venir à France Miniature autrement qu'avec son propre véhicule. Vous n'avez pas obtenu de gare RER comme vos confrères de chez Disney ? 

Non pas encore. Mais c'est vrai qu'après, on est à 25 kilomètres de Paris et on a le choix aussi de venir par les transports, par Montparnasse ou par la gare de la Défense également.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.