Emmanuel Macron : une entrée en campagne sur le mode du "en même temps"

écouter (128min)

Emmanuel Macron a joué la surprise en publiant sur les réseaux sociaux une vidéo quelques heures après la diffusion de sa "lettre aux Français" dans la presse quotidienne régionale. Le président veut faire de sa candidature, une évidence.

Article rédigé par
Laëtitia Krupa - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron, président de la République, à l'Elysée, le 28 février 2018. (LUDOVIC MARIN / AFP)

C'est peut-être la sacralisation du "en même temps", qui n'était pas un concept réfléchi au départ mais qui a fini par devenir un atout de communication d'Emmanuel Macron. Le président sortant a donc opté pour le classicisme avec une lettre aux Français publiée dans la presse régionale et, pour la modernité, avec une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux vendredi soir.

Laetitia Krupa : pourquoi Emmanuel Macron a-t-il choisi cette stratégie en deux temps, une lettre puis une vidéo ?

Gaspard Gantzer : Tout ça est très lié au contexte particulier que nous vivons en ce moment avec la guerre en Ukraine. Emmanuel Macron n'a pas voulu faire d'allocution traditionnelle que ce soit à l'Elysée ou à l'occasion d'un déplacement parce qu'il ne voulait pas apparaître comme un candidat, il veut au maximum rester un président. L'écrit, la lettre, lui permet cela et il a voulu le compléter par quelque chose d'un peu plus original, un peu sur le modèle de ce qu'avait fait Eric Zemmour, une vidéo.

"Pourquoi utilise-t-il le 'nous' ?"

Dans sa lettre aux Français Emmanuel Macron utilise le "nous". Il écrit par exemple "Depuis 5 ans nous avons traversé ensemble nombre d'épreuves", les énumère, souligne que "nous avons fait face avec dignité et fraternité" et termine par cette formule : "avec vous. Pour vous. Pour nous tous. Vive la République, vive la France". Pourquoi utilise-t-il le "nous" ? Pour faire oublier son image de "président des riches" ?

Gaspard Gantzer : Surtout peut-être pour faire oublier sa solitude dans l'exercice du pouvoir, parce que les circonstances, la crise du coronavirus, la guerre en Ukraine l'ont conduit à prendre des décisions très jupitériennes, très verticales et il veut gouverner avec les Français, avec une équipe, un peu comme Mitterrand avait tenté de le faire en 1988 avec son slogan "La France unie".

Un discours au futur

Dans son allocution de mercredi soir sur la guerre en Ukraine, Emmanuel Macron a d'ailleurs employé a plusieurs reprises le futur et non le conditionnel. Dans sa lettre aux Français, Emmanuel Macron signale qu'il ne pourra pas mener campagne comme il l'aurait souhaité : est-ce que l'emploi de ce futur veut dire d'une certaine manière qu'il a déjà gagné ?

Gaspard Gantzer : En quelque sorte, il veut prouver, il veut démontrer qu'on peut enjamber avec lui cette élection, comme si elle était une sorte de formalité, comme s'il voulait jouer la continuité parce que si les Français décidaient de ne pas voter pour lui, il y aurait une forme de chaos politique. C'est une stratégie de joueur de poker, parce que ses adversaires ne vont certainement pas le laisser faire et entendent déclencher des débats même si le président de la République lui, ne le souhaite pas.

Dans les six prochaines semaines avant le 1er tour de l'élection présidentielle, le 10 avril prochain, c'est dans le costume de chef des armées françaises, d'interlocuteur de Vladimir Poutine et de soutien de Volodymyr Zelensky qu'Emmanuel Macron fera campagne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.