Week-end de l’Ascension : le tourisme industriel a la cote en France

écouter (3min)

En ce pont de l’Ascension, vous allez peut-être visiter… une entreprise. Le tourisme industriel marche de plus en plus fort dans notre pays. Une exception française.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Compagnie nationale du Rhône (CNR) organise des visites guidées de son barrage de Génissiat (Ain), le 21 août 2018. (PHOTO LAURENT THEVENOT / MAXPPP)

Quinze millions de Français ont pratiqué en 2019, derniers chiffres disponibles, le tourisme industriel, appelé aussi tourisme de savoir faire, ou tout simplement la visite d’entreprises. C’est une pratique en plein boom. Dix ans plus tôt, on ne comptait que dix millions de visiteurs dans les entreprises, de plus en plus nombreuses elles aussi, qui ouvrent leurs portes aux visiteurs. On compte aujourd’hui 2000 entreprises, ateliers et sites de production ouverts au public. Une association, Entreprise et découverte, qui compte 400 membres, est pour beaucoup dans la promotion de cette nouvelle façon d’occuper ses vacances.

Cette association est même à l’origine d’un Guide du Routard consacré aux visites d’entreprises. Un guide qui en est à sa deuxième édition, signe de son succès. Les entreprises y sont classées selon leur secteur d’activité : artisanat, agro-alimentaire, vins et spiritueux, industrie, technologie et énergie et enfin mode et cosmétique. Dans près de la moitié des cas, il s’agit de PME qui ont plus de 50 ans, très ancrées dans leur territoire. Caractéristique : ces visites sont pour la plupart gratuites, un passage par la boutique de l’entreprise permet d’en amortir le coût. La confiserie des Hautes-Vosges, par exemple, attire plus de 200 000 visiteurs par an. Les touristes ne manquent pas de faire le plein de bonbons avant de partir. Tout bénéfice pour l’entreprise.

Des industries variées

En tête des sites les plus visités : les usines d’EDF. Ils attirent chaque année plus de 400 000 visiteurs. Les visites sont le plus souvent assurées par les salariés eux-mêmes. Comme dans la centrale hydro-électrique de Saint-Etienne-Cantalès, dans le Cantal, avec son barrage de 69 mètres de haut et 270 de long. Airbus, à Saint-Nazaire et à Toulouse, accueille lui aussi des centaines de milliers de visiteurs.

On peut aussi découvrir les secrets de la fabrication du verre à Arques, près de Saint-Omer dans le Pas-de-Calais, apprendre à fabriquer un couteau à Laguiole, dans l’Aubrac. Autres indémodables de la visite d’entreprise : le parfumeur Fragonard, à Grasse, la savonnerie Marius Fabre, à Marseille, le cognac Rémy Martin, la botterie Aigle, près de Châtellerault… et même la dernière clouterie de France, tout près de Paris, à Creil. La clouterie Rivierre, où l’on travaille sur 325 machines du XIXe siècle. Voyage dans le temps garanti.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.