C'est mon boulot, France info

Télétravail : bon pour la productivité, moins pour la créativité, selon plusieurs études

Les partenaires sociaux sont enfin parvenus à s'entendre sur le télétravail, mis sous les projecteurs avec la crise du Covid-19. Les conclusions démontrent que les conditions de travail sont meilleures pour le travailleur, du coup plus productif, mais nuisent, en raison du manque d'échanges, à la production de nouvelles idées.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Télétravail (illustration).
Télétravail (illustration). (CLAIRE LEYS / RADIOFRANCE)

Les partenaires sociaux sont parvenus jeudi 26 novembre après d'âpres négociations à un accord sur le télétravail qui permettra, selon eux, d'encadrer plus précisément cette organisation du travail qui a explosé avec la pandémie. Plusieurs études ont été menées pour mieux en cerner les avantages et les inconvénients. La dernière en date a été menée par la très sérieuse direction générale du Trésor. Elle conclut que si le télétravail est mené dans de bonnes conditions, il a un impact positif sur la productivité.

Un temps de travail effectif augmenté

Le Trésor, ainsi que le rapporte le site Actuel RH, parle d’un accroissement situé entre 5 et 30%. Pourquoi ? D’abord parce que le télétravail accroît la quantité de travail effectif. Le temps qui n’est pas passé dans les transports est reporté sur le temps de travail. Le télétravail augmenterait aussi la productivité horaire parce que les conditions de travail seraient meilleures et que le travailleur serait plus concentré. Enfin le Trésor parle aussi d’un investissement plus important du travailleur qui compense ainsi son absence physique.

L’étude dit aussi qu’on peut améliorer les effets du télétravail, en le faisant pratiquer non pas à la maison, mais dans ce que l’on appelle des tiers lieux, des espaces de coworking par exemple. Les conditions de travail y sont bonnes et surtout il y a aussi des interactions, des échanges. Car le Trésor met en garde : les employeurs doivent veiller au risque de déperdition d’échanges. D’où sa recommandation : du télétravail oui, mais deux à trois jours par semaine, à charge pour le salarié de répartir ses tâches pour maximiser les avantages de chacun des modes de travail.

Une menace pour l'innovation à long terme

D’autres études pointent en effet le risque de perdre en créativité. Un danger guette : la perte d’innovation. Selon un économiste de l’université de Stanford, Nicholas Bloom, il y a une corrélation entre la collaboration en personne, celle que l’on entretient dans le cadre d’échanges directs, et l’innovation. Nicholas Bloom va jusquà prédire que "les nouvelles idées que nous perdons aujourd’hui pourraient se traduire par une diminution du nombre de nouveaux produits en 2021". Pour l’économiste, l’adoption générale du télétravail pourrait même générer un effondrement de la productivité mondiale et menacer la croissance économique pendant de nombreuses années.

Tout récemment, une étude israélienne menée auprès de deux cents start-up disait à peu près la même chose : 79% des entreprises interrogées estiment que le travail d’équipe et l’innovation étaient fortement ou partiellement affectés par le télétravail. "L’innovation en souffrira à long terme, estime le patron d’une start-up cité par le Times of Israël. Car l’absence de conversations à la machine à café limitera la création de nouvelles idées."

Télétravail (illustration).
Télétravail (illustration). (CLAIRE LEYS / RADIOFRANCE)