Nyssaé importe et vend de l'huile d'argan avec un volet éthique et social très important

écouter (3min)

"C'est mon boulot", tout l'été, retrace 40 idées de business originales, des créations d'entreprise qui répondent à l'air du temps. Jeudi 7 juillet, nous dressons le portrait de Mouna Gherras, qui vend de l'huile d'argan produite par des coopératives de femmes au Maroc et qui leur permet de bien vivre de leur travail.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un flacon d'huile d'argan. (Nyasse)

Nyssaé c'est le nom de l'entreprise lancée par Mouna Gherras, et ça veut dire "femmes" en arabe. Ingénieure en système d'information, cette patronne importe et vend de l'huile d'argan de très haute qualité, avec un volet éthique et social très important. Si elle a travaillé à la transformation digitale de grands groupes, avec les salaires qui vont avec, elle a, dans les faits, un autre motivation : "Agir pour des femmes, plaide-t-elle. Savoir que j'ai une utilité de pouvoir proposer quelque chose pour les femmes, qui aide une population de femmes, c'est ce qui m'anime depuis que je suis toute petite."

Mouna Gherras a lancé son entreprise fin 2019. Mais pour vendre dans les boutiques, ça n'était pas l'idéal : elles étaient enfermées pendant le confinement. Elle vendait donc uniquement sur son site internet, mais ne s'est pas découragée pour autant .

"J'ai pris mon courage à deux mains, j'ai pris mon téléphone. Dès que je trouvais un numéro de téléphone, une adresse mail, j'appelais et je n'avais que des réponses positives."

Mouna Gherras

sur franceinfo

"Des gérants et des gérantes de petites boutiques cosmétiques, etc... J'ai vraiment ciblé plusieurs catégories de plusieurs revendeurs potentiels", détaille Mouna Gherras. 

Pour la production au Maroc, elle suit les règles du label international Fairtrade, qui l'oblige à acheter leur production un certain prix. Ce qui a des conséquences sur le prix de vente de son huile, plus chère que la concurrence, mais c'est pour la bonne cause. Les femmes marocaines, grâce à Nyssaé investissent aussi dans leur village, avec un puits ici, une école ailleurs. Mouna Gherras a mis toutes ses économies et elle a une foi inébranlable dans l'avenir de sa société.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.