C'est mon boulot, France info

Le management "à la française", performant mais autoritaire

Il la joue un peu "perso", il est autoritaire, mais il est aussi très performant : c'est le portrait du manager français, dressé par les cadres étrangers qui travaillent dans des entreprises du CAC40.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Le management "à la française" : performant mais autoritaire (photo prétexte) © Maxppp)

Oui, il existe bien un style de management "à la française". Il a des bons côtés, mais pas seulement. Plus de 2.000 cadres étrangers qui travaillent dans des sociétés du CAC40 ont été confessés par le directeur général de l'ESCP, une grande école de commerce, et par une professeure de la prestigieuse université de Princeton, aux États-Unis.

Commençons par ce qui va bien. Près de 80% des managers étrangers nous trouvent "performants". Ils disent même que, chez nous, chacun est poussé "au maximum de ses possibilités". Vous vous reconnaissez ?

Culture exagérée de la hiérarchie

Mais ne nous voyons pas trop beaux ! Aux yeux des étrangers qui travaillent avec nous, nous souffrons d'une culture exagérée de la hiérarchie. Nous ne sommes pas très portés sur le collaboratif. Non, ce que nous préfèrons, c'est travailler de façon centralisée. Les décisions, on les prend dans des cercles informels plutôt qu'en réunion ouverte. Sans compter que les cadres étrangers nous jugent "arrogants" - mais ça, on est habitués - et autoritaires ; une conséquence sans doute de notre amour pour la hiérarchie.

Rien d'étonnant à cela pour François Dupuy, l'auteur de la "Fatigue de la pensée managériale" aux éditions du Seuil. Pour lui, notre style de management découle directement de notre système de formation, qui sélectionne plutôt qu'il ne forme. Reste que les cadres étrangers reconnaissent que les managers français évoluent dans un sens de plus en plus anglo-saxon. Si c'est pour aller vers plus collaboratif et davantage de confiance, alors tant mieux ! 

(Le management "à la française" : performant mais autoritaire (photo prétexte) © Maxppp)