INFO FRANCEINFO. Les managers en meilleure santé psychologique, selon une étude

écouter (3min)

On sort de la crise, et ça se ressent dans le climat des entreprises. La détresse psychologique des managers, mesurée tous les trimestres depuis deux ans par un cabinet spécialisé, est en nette baisse. Les salariés réclament aussi désormais que leur entreprise s'occupe davantage de leur bien être.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un employé devant son ordinateur (illustration, le 5 juin 2020). (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

La rentrée au mois de septembre 2021 et le reflux très net du télétravail, ont eu un impact très positif sur une catégorie de salariés : les managers. Le cabinet de prévention des risques Empreinte humaine, qui mesure le taux de détresse psychologique des salariés depuis deux ans, note un net recul de ce taux chez les managers, avec une baisse de 14 points depuis le mois de mai. Mais les managers restent la catégorie la plus touchée par l'épuisement professionnel, 18% sont classés par cette étude en burn out sévère. Le retour au bureau et la fin du management à distance a eu toutefois des effets positifs sur eux.

Les salariés attentifs au bien-être dans l'entreprise

La crise a eu un autre effet : les salariés sont plus attentifs au climat de travail. L'étude met en avant les bénéfices de ce qu'elle appelle la sécurité psychosociale. "Il s'agit d'un climat de travail dans lequel les salariés se sentent écoutés et ont confiance en une direction qui démontre sa préoccupation par exemple pour la prévention du stress, qui en termes de valeurs considère que la santé mentale des salariés est tout aussi importante que la productivité", définit Christophe Nguyen, président du cabinet Empreinte Humaine.

Selon Christophe Nguyen environ la moitié des entreprises ont mis en œuvre des actions de ce type, et quand cette sécurité psychosociale est en place, tout va mieux. "Les conséquences d'une bonne sécurité psychosociale ce sont des salariés en meilleure santé mentale, plus impliqués, plus engagés, qui veulent moins partir, détaille Christophe Nguyen. Et surtout ce sont des salariés qui sont beaucoup plus fiers de leur entreprise, qui sont engagés avec leur management, avec de très bonnes relations avec leurs collègues. Donc c'est très positif et c'est gagnant-gagnant."

En un mot, les salariés demandent que leur entreprise s'occupe davantage d'eux. Il y a 82% d'entre eux qui réclament que les politiques de qualité de vie au travail évoluent après cette crise. Une crise qui leur a ouvert les yeux. 69% des travailleurs disent mieux apprécier la valeur de la vie, 50% ont de nouveaux centres d'intérêt, 47% ont donné une nouvelle orientation à leur vie. Le cabinet de prévention des risques au travail qualifie ce mouvement de croissance post traumatisme, ou de résilience. Un effet inattendu de la crise.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.